Montréal
15:04 11 juillet 2012 | mise à jour le: 11 juillet 2012 à 16:00

La STM paie-t-elle le juste prix pour les bus hybrides?

La STM paie-t-elle le juste prix pour les bus hybrides?
Photo: Collaboration spéciale

L’achat futur par la Société de transport de Montréal (STM) de 203 autobus hybrides (biodiesel-électrique) au coût de 190 M$ à la société québécoise Nova Bus peut faire sourciller, surtout lorsque l’on sait qu »une ville américaine a obtenu les mêmes autobus pour 15% moins cher et qu’un concurrent a été écarté malgré un prix proposé moins élevé. Explications.

L’hybride c’est rentable?
Installer un système hybride coûte au moins 150 000$ (75% sont payés par Québec, et 25% le sont par la STM). Ce choix technologique est-il rentable?

Les huit autobus hybrides testés par la STM consommeraient en moyenne 15 000 litres de carburant de moins (-30%) par an qu’un autobus standard. Au coût moyen de 1$/l de diesel, les économies engendrées permettent de rentabiliser les coûts de l’hybridation, payés par la STM en trois ans, selon Gérard Brichau, directeur général d’AVT, le regroupement qui a piloté l’appel d’offres.

«Et c’est sans compter sur les gains environnementaux que l’on pourra faire en produisant moins de GES», indique M. Brichau.

Il reste toutefois une inconnue de taille : les autobus hybrides fabriqués en série seront-ils aussi économes que dans lors du projet pilote?

La STM paie t-elle le bon prix?
Le constructeur NewFlyer (Winnipeg) n’a pas remporté le contrat malgré un prix moins élevé : 649 949$ par autobus, contre 657 500$ pour le Nova Bus. Sur 203 autobus, cela représente une différence de 1,5 M$. Pourquoi NewFlyer n’a t-il pas été retenu?

«Le prix ne représente que 75% de la note finale», explique M. Brichau. Comme une partie de la note est payée par le gouvernement, le contenu canadien (pièces et assemblage) est important. «NewFlyer a perdu son avance, car sa valeur canadienne était plus basse. Il a aussi été moins performant sur certains aspects techniques qui comptent pour 20% du pointage», ajoute M. Brichau.

Par exemple NewFlyer proposait un autobus plus lourd, donc plus exigent pour la suspension et les freins qui l’a handicapé.

Philadelphie paie ses autobus moins cher
La société de transport de Philadelphie vient d’acheter 160 autobus hybrides de 40 pieds chez Nova Bus au coût de 550 000$ l’unité, soit 100 000$ de moins que la STM. Pourquoi ?

Nadine Bernard, porte-parole de Nova Bus, avance trois explications. «Pour Philadelphie, l’appel d’offres a été lancé 1 an et demi plus tôt. L’inflation a fait son œuvre et les prix ont augmenté depuis», a-t-elle précisé.

Mais surtout les prix de production sont moins élevés aux États-Unis (jusqu’à 20% pour les autos). Or, afin de répondre aux exigences de contenu national, les Nova Bus acquis par Philadelphie sont construits à Plattsburgh, alors que ceux de la STM le sont à Saint-Eustache.

Enfin, les autobus montréalais nécessiteront un système technique plus sophistiqué à bord compte tenu notamment de la plus grande complexité du réseau de transport.

Articles similaires