Montréal
12:33 2 novembre 2017 | mise à jour le: 3 novembre 2017 à 11:11 Temps de lecture: 3 minutes

Transport intelligent: 3 technologies en mode séduction à Montréal

Transport intelligent: 3 technologies en mode séduction à Montréal
Photo: Mathias Marchal

Montréal accueille jusqu’à jeudi le prestigieux Congrès mondial des transports intelligents. Voici trois projets qui retiennent l’attention.

1. La navette sans chauffeur
Après avoir été présentée en mai autour du Palais des congrès, la navette Navya sans chauffeur est de retour à Montréal cette semaine, pour des démonstrations dans le cadre du congrès des transports intelligents. «On a des contacts pour se déployer au casino et à l’aéroport de Montréal, mais c’est à Terrebonne qu’on est le plus avancé au Canada», explique Henri Coron, vice-président des ventes chez Navya. Le projet de démonstration de Terrebonne, qui vise à tester le véhicule par grands froids, est néanmoins reporté au printemps pour des raisons administratives, mais aussi techniques, puisque que la navette n’est pas capable de se recharger à l’extérieur au delà de -10°C, ce qui implique donc de prévoir un hangar. Une soixantaine de véhicules sont déjà déployés dans plusieurs villes dont Lyon, Singapour, Perth et bientôt Las Vegas pour relier des quartiers aux grands axes de transport en commun, ainsi que sur des campus ou des aéroports.

2. Le radar des passages piétonniers
Un système de caméras capte les piétons tentant de traverser et filme la plaque d’immatriculation des automobilistes qui ne respectent pas la priorité donnée aux piétons et peut même envoyer le tout à la police. Le produit de la société française Sterela a fait l’objet de tests depuis un an à Longueuil, mais en version sensibilisation plutôt que répression, au coût de 22 000$. Un panneau électronique avise les automobilistes fautifs qui ne reçoivent pas l’amende de 100$ habituellement prévue. «Selon les saisons, on enregistre entre 1000 et 1500 infractions par mois», mentionne le porte-parole de la Ville, Louis-Pascal Cyr. Ce dernier souligne que les municipalités du Québec ne sont pas habilitées à donner des contraventions avec ce type de radar, seul le gouvernement ayant cette prérogative. Longueuil est actuellement néanmoins en réflexion quant à la possibilité d’en déployer ailleurs, mais aimerait que les caméras aient un angle différent pour être aussi capable de mesurer les autos qui ont respecté le Code de la route. La Ville aimerait pouvoir réellement évaluer le taux d’automobilistes fautifs et de mesurer de façon claire toute amélioration dans les pratiques des conducteurs.

3. Le triporteur pour tous
Ça ressemble au défunt Segway, mais en moins casse-gueule. On peut aussi l’utiliser comme poussette électrique, ou même comme un chariot. On le commande à distance avec son cellulaire et il va se garer tout seul, une fois le service rendu. «L’idée avec Ily-A est de créer un partenaire de mobilité qui pourrait être utilisé au quotidien, dans différentes situation et quelque soi l’âge», mentionnent les concepteurs du produit, la firme japonaise Furo. Équipé d’une caméra et de deux radars, le triporteur est capable d’éviter automatiquement les accidents, ce que n’est pas arrivé à faire le créateur du Segway, décédé à la suite d’une chute mortelle avec son engin.

Articles similaires