Montréal

Le registre des invités de la mairesse de Montréal rétabli

Le registre des invités de la mairesse de Montréal rétabli
Photo: Archives MétroHôtel de Ville de Montréal at Montreal on October 9, 2012. Denis Beaumont

Aboli par Denis Coderre, comme l’avait révélé en exclusivité Métro, le registre des invités appelés à rencontrer le maire de Montréal a été réinstauré par Valérie Plante qui veut «rétablir la transparence à l’hôtel de ville.»

«Nous voulions agir rapidement. Tous les invités devront donc s’identifier à des fins de transparence», a indiqué mercredi matin la nouvelle mairesse, comme elle l’avait promis durant sa campagne électorale.

Cette mesure est entrée en vigueur mercredi et une directive a été envoyée aux agents concernés. On peut notamment y lire que «tout visiteur, incluant les invités de la mairesse et des membres du cabinet, devant accéder aux zones réservées de l’hôtel de ville, devront désormais s’identifier et s’enregistrer au préalable à l’un des postes de garde afin de se procurer une carte invité.»

«La liste des invités sera mise à la disponibilité du public», a quant à elle précisé Laurence Lavigne Lalonde, responsable de la transparence au sein du nouveau comité exécutif.

«Les Montréalais s’attendent à la plus grande transparence de la part de leurs élus.» –Valérie Plante, mairesse de Montréal

Début octobre, Métro avait dévoilé une lettre envoyée par la direction de la Ville. Datée de mars 2014, soit quatre mois après l’arrivée de Denis Coderre comme maire de Montréal, celle-ci intimait aux agents de sécurité de l’hôtel de ville de ne plus enregistrer les invités du maire ou de son chef de cabinet. Cette consigne s’appliquait pourtant jusqu’alors et continue d’avoir lieu pour toutes les autres personnes qui souhaitent rencontrer un élu ou un fonctionnaire.

Invité à réagir, le maire sortant avait indiqué qu’il ne faisait «pas de cachette» et qu’il était «normal qu’on puisse avoir des rencontres privées». Il avait également évoqué «des réalités de sécurité.»

Agenda public
Valérie Plante compte aller également plus loin dans son «plan de transparence». «Prochainement», a-t-elle assuré, son agenda public sera consultable en ligne, comme c’est le cas actuellement pour les premiers ministres du Canada et du Québec.

«C’est une pratique qui est tout à fait noble, qui permet de minimiser les apparences de conflits d’intérêts. Pour moi, ça demeure une bonne stratégie», a complété Mme Plante.