Montréal
13:36 5 mars 2018

Des taxis électriques chinois à Montréal

Des taxis électriques chinois à Montréal
Photo: Josie Desmarais/MétroE-Taxi Modèle e6 du constructeur chinois BYD

Une nouvelle entreprise de taxis électriques a annoncé lundi son implantation au Québec. E-Taxi vise la mise en service de 25 à 50 véhicules à l’automne à Montréal.

«Notre but est de réaliser l’électrification complète de la flotte de taxis du Québec», a lancé le cofondateur de E-Taxi, Yung Cuong.

Pour ce faire, l’entreprise offre aux propriétaires de taxi de servir d’entremetteur auprès du constructeur chinois BYD. «On importe les véhicules, on les habille, on les offres avec un financement préétabli, en formule clé en main, a expliqué M. Cuong. Le propriétaire paie environ 240$ ou 250$ par semaine. Il va réaliser une économie d’environ 7000$ par année.»

Le véhicule coûte environ 60 000$ et le gouvernement offre une subvention de 8000$ pour le passage à l’électrique. Le modèle e6 de BYD, que propose E-Taxi, offre une autonomie de 300 kilomètres par charge et vient avec son propre chargeur. Les véhicules sont construits à Shenzhen, en Chine.

S’il vise que de 25 à 50 taxis de sa flotte soient en service à l’automne à Montréal, M. Cuong a indiqué que, pour l’instant, il n’a conclu aucun contrat avec une entreprise de taxi ou des propriétaires. «On va solliciter tous les propriétaires de taxis, a-t-il ajouté. Nous sommes convaincus que l’industrie du taxi va l’adopter rapidement.»

Le vice-président du Regroupement des propriétaires de taxis de Montréal, Kamal Sabbah, trouve que le principe mis de l’avant par E-Taxi «n’est pas mauvais» et «encourage tout ce qui est électrique». Toutefois, il n’est pas convaincu que ce sera si facile de convaincre les propriétaires de se procurer une voiture d’un valeur de 60 000$.

«On vit une crise et notre avenir n’est pas garanti parce qu’on ne sait pas ce que le gouvernement va faire avec Uber, a-t-il rappelé. Si je ne vois pas de futur, je ne vais pas m’engager dans l’achat d’une voiture électrique à 60 000$. À court terme, j’économise sur l’essence, mais on parle d’un engagement de plusieurs années.»

Le vice-président du regroupement a précisé que plusieurs propriétaires ont déjà des problèmes à contracter des emprunts pour des montants bien moins élevés et que ce système pourrait surtout convenir à des chauffeurs qui ont déjà fini de payer leur permis de taxi.

M. Sabbah a aussi souligné que l’autonomie de 300 kilomètres lui semble peu élevée pour Montréal. «Pour moi, ce n’est pas assez. Ça nous prendrait 500 kilomètres [d’autonomie], surtout si la voiture roule 24 heures par jour avec deux chauffeurs, a-t-il avancé. On ne peut pas se permettre d’arrêter pour charger la voiture quand on a des clients à bord ou de devoir arrêter pendant une tempête de neige.»

Dans les modèles utilisés par la compagnie Téo Taxi, seules les voitures de marque Tesla ont une autonomie de plus de 300 km. La Nissan Leaf et la Kia Soul Ev ont une autonomie respective de 133 kilomètres et de 150 kilomètres.