Montréal

L’industrie du taxi demande une subvention de 5000$ par véhicule électrique

L’industrie du taxi demande une subvention de 5000$ par véhicule électrique
Photo: Josie Desmarais/MétroArchives Métro

Un regroupement d’entreprises de taxi de Montréal a demandé mercredi un rabais supplémentaire de 5000$ par achat de véhicule 100% électrique.

Dans un contexte où l’industrie est malmenée par Uber et les prix de l’essence sont élevés, une dizaine d’entreprises de taxi de la grande région métropolitaine fait front commun pour obtenir un engagement concret du gouvernement du Québec, qui a annoncé en décembre dernier une aide de 44M$ sur cinq ans pour la modernisation de l’industrie du taxi.

Avec l’incitatif supplémentaire demandé, un rabais de 13 000$ serait octroyé aux chauffeurs, puisque 8000$ sont déjà remis à tous les citoyens faisant l’achat d’une voiture électrique. Les entreprises de taxi espèrent ainsi ajouter 2000 véhicules électriques à la flotte de taxis d’ici 2020.

«On demande au gouvernement de confirmer cet incitatif, pas de verser des fonds supplémentaires», a affirmé Yung Cuong, cofondateur d’E-Taxi, une nouvelle entreprise aspirant à fournir la métropole en véhicules électriques et porte-parole du regroupement. Il avance que Québec n’aura qu’à puiser dans les 44M$ prévus dans son plan de modernisation. Ce «petit effort» du gouvernement aurait un impact économique considérable, selon M. Cuong.

D’autres revendications pourraient suivre dans les prochains jours: le Regroupement des travailleurs autonomes Métallos a affirmé à Métro être en consultation avec ses membres et ses comptables pour «chiffrer leur demande d’ici vendredi», a dit son porte-parole, Wilson Jean Paul.

Le ministère des Transports n’avait pas donné suite aux demandes de Métro au moment de mettre en ligne.

Expansion potentielle
Si la subvention du gouvernement est accordée, l’entreprise de Yung Cuong a un plan ambitieux pour la suite des choses. E-Taxi, fondée l’an dernier, souhaite vendre des voitures électriques venues d’Asie conçues expressément pour l’industrie du taxi.

Le modèle en question, la SYD e6, a une autonomie de 300 kilomètres et coûte environ 60 000$. Cette voiture est déjà utilisée dans une cinquantaine de villes à travers le monde et peuvent être équipées des technologies exigées par le gouvernement, comme le paiement électronique. «Mais il [nous] faudrait commander au moins 5000 unités, sinon ça ne marchera pas [avec le manufacturier chinois SYD], a souligné le cofondateur d’E-Taxi à Métro. Il a ajouté que le regroupement actuel des entreprises de taxis, qui représente environ 80% de la flotte de taxis montréalais, rend l’offre «plus alléchante» pour le fabricant de véhicules électriques chinois.

Si les souhaits de la nouvelle entreprise se concrétisent, E-Taxi espère même éventuellement commercialiser deux modèles de voitures électriques pour la vente au grand public.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *