Montréal

Attaques de coyote: Montréal se défend

Attaques de coyote: Montréal se défend
Photo: Archives Metro Media

MONTRÉAL — La Ville de Montréal a assuré dimanche qu’elle agissait pour éviter les attaques de coyotes, après que trois enfants eurent été mordus en l’espace d’une semaine dans la métropole.

Dans un communiqué, la municipalité dit avoir installé des appâts et des caméras dans les arrondissements d’Ahuntsic-Cartierville et de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, où plusieurs bêtes ont été aperçues.

«Une campagne d’effarouchement est effectuée au parc des Hirondelles et dans le corridor de l’avenue Papineau jusqu’au parc Sainte-Lucie, incluant le parc Champdoré», peut-on lire dans la déclaration de la Ville.

«La sécurité des citoyens et des citoyennes est une priorité pour la Ville de Montréal. La Ville collabore étroitement avec le Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) pour mettre en place les actions nécessaires en lien avec la présence de coyotes sur le territoire montréalais, et ce, selon l’évolution de la situation.»

Trois enfants ont été légèrement blessés dans les attaques, qui sont survenues en une seule semaine dans le quartier Ahunstic-Cartierville, selon les informations du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Le dernier événement s’est produit samedi soir, au parc des Hirondelles, vers 18 h 30. Le garçon de 3 ans a été blessé légèrement par l’animal, mais l’enfant a tout de même été transporté à l’hôpital par mesure de précaution.

La veille, c’est un garçon de 5 ans qui s’est fait mordre vers 21 h dans le parc Gabriel-Lalemant, situé à moins d’un kilomètre du lieu de la dernière attaque. Il s’agissait là aussi d’une blessure mineure. Selon Urgences-Santé, l’enfant a été blessé au mollet.

Le premier événement s’est produit il y a une semaine vers 20 h 45, encore dans le parc des Hirondelles. Une fillette de cinq ans a subi une blessure au bas du corps, qui s’est avérée mineure.

En avril dernier, l’administration de Valérie Plante a annoncé le premier volet de son plan de gestion du coyote, qui est la ligne info-coyote. En signalant le 438 872-COYO (2696), les Montréalais peuvent obtenir des informations ou faire des signalements.

Selon le site internet de la Ville, quelque 600 coyotes ont été aperçus en moins d’un an.

«Un animal urbain»

«Les gens l’oublient, mais les coyotes ont toujours été des animaux urbains», a expliqué sur le site de la Ville le biologiste Frédéric Bussière.

«On les trouve dans toutes les grandes villes de l’Amérique du Nord. On ne les remarque pas, parce qu’ils ont choisi d’y adopter un mode de vie nocturne afin d’éviter les rencontres avec l’homme, qu’ils redoutent.»

Selon la Ville de Montréal, les cas d’attaque et de morsures sur les humains sont rares.

«Les cas exceptionnels recensés concernent généralement des coyotes qui ont été provoqués ou qui ont perdu leur peur instinctive des humains après avoir été nourris», écrit-on sur le site de la municipalité.

La Ville recommande aux citoyens de ne pas approcher les coyotes, de ne pas les nourrir et de bien tenir son chien en laisse.

Une meilleure sensibilisation

Lesley Sampson, la cofondatrice de Coyote Watch Canada, croit que ces incidents démontrent qu’il faut mieux sensibiliser la population à ces animaux.

«Lorsque nous voyons des tendances émergentes sur les interactions entre canidés sauvages et humains, nous savons que les messages et l’application (des règlements) ne sont pas faits comme il le faudrait», a expliqué Mme Sampson en entrevue téléphonique.

Selon elle, trapper ou tuer les animaux ne réglera rien, puisque d’autres bêtes prendront leur place.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *