Montréal
16:11 10 septembre 2018 | mise à jour le: 11 septembre 2018 à 15:52 Temps de lecture: 4 minutes

Malgré dix ans d’efforts, la voiture continue de dominer

Malgré dix ans d’efforts, la voiture continue de dominer
Photo: Josie Desmarais/Métro

En dix ans, malgré 6250 vélos BIXI, 40% de pistes cyclables en plus, des autobus et des métros qui parcourent 15% de kilomètres en plus, la réduction de la vitesse à 30km/h dans les rues résidentielles et la construction de quartiers plus denses, l’auto reste la reine des transports.

C’est ce qui est ressorti d’un panel de discussion organisé lundi par le Conseil régional de l’environnement de Montréal, dans le cadre de la 4e édition des Semaines de la mobilité de Montréal.

«Chaque année, le parc automobile des Montréalais augmente de 9 300 voitures. Ça correspond à une file de 46km de plus tous les ans et ça crée une pression énorme sur les infrastructures et l’espace public pour le stationnement», a souligné le vice-doyen de la Faculté d’aménagement de l’Université de Montréal, Juan Torres.

«Je ne vois pas de transformation majeure qui indique que cela va changer», a-t-il ajouté.

Selon les résultats de la dernière étude Origine-Destination, réalisée par l’Agence métropolitaine de transport, le pourcentage d’enfants du Grand Montréal qui allaient à l’école en marchant est passé de 53% en 1998 à 41% en 2013. L’usage de l’auto est passé de 22% à 38% pendant cette période. «Quand on veut une meilleure école pour nos enfants, [qui est souvent plus éloignée que l’école de quartier], ça a un impact sur les transports», a fait valoir M. Torres.

Dans le bilan du Plan métropolitain d’aménagement et de développement présenté lundi, la Communauté métropolitaine note que même si l’étalement urbain semble contenu, l’utilisation du transport en commun stagne à 25% dans les 82 municipalités de la métropole, dans l’attente du Réseau express métropolitain, et que le coût de la congestion routière atteint désormais 4,7G$, soit le double d’il y a 10 ans.

S’il convient aussi qu’un changement culturel sera nécessaire, l’ancien directeur de l’urbanisme à la Ville de Montréal, Sylvain Ducas, croit que le gouvernement n’a jusqu’ici pas fait sa part. Il a expliqué que parmi les 21 projets du Plan de transport de Montréal présentés en 2008, ce sont essentiellement les projets de responsabilité provinciale qui n’ont pas abouti : soit le retour du tramway, le prolongement de la ligne bleue du métro ou la modernisation de la rue Notre-Dame.

Québec n’a dévoilé que cette année sa première Politique de mobilité durable et, jusqu’ici, les gouvernements qui se sont succédé ont toujours travaillé en silos, séparant les projets autoroutiers et ceux de transport en commun, a noté M. Ducas. Ce dernier note que dans certains pays et villes d’Europe, une réflexion sur le coût social du transport automobile a mené à une révision des frais pour les automobilistes, en plus des péages urbains. Par exemple, Amsterdam exige des frais annuels pour une vignette permettant de stationner sa voiture personnelle dans la rue à titre de compensation d’occupation du domaine public. « Actuellement, à Montréal, 90 % des places sur rue sont gratuites, 5 % sont tarifées (avec parcomètres) et 4 % sont réservées aux résidents à l’aide d’une vignette», a-t-il mentionné.

Tania Gonzalez, du CRE-Mtl, a dit espérer qu’à l’occasion des chantiers de réfection de la Métropolitaine ou de l’échangeur Saint-Pierre, le gouvernement et le ministère des Transports du Québec consulteront réellement leurs interlocuteurs montréalais dans la prise de décision.

Les Semaines de la mobilité se tiennent jusqu’au 28 septembre.

Articles similaires