Ahuntsic-Cartierville

Développer le site Louvain avec les citoyens

Développer le site Louvain avec les citoyens
Photo: Amine Esseghir/Courrier AhuntsicÉmilie Thuillier, mairesse d'Ahuntsic-Cartierville, a annoncé le 6 mars, la mise sur pied d'un modèle de gestion participatif inédit pour le développement du site Louvain.

Les citoyens auront un rôle actif dans la planification du développement immobilier projeté sur le site Louvain Est. La Ville de Montréal, l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville avec la table de concertation Solidarité Ahuntsic travailleront au sein d’un bureau partagé.

«Plutôt que de consulter les citoyens à différents moments du projet, on leur donne un rôle actif dans la planification du projet à venir le terrain», a indiqué Émilie Thuillier,  mairesse de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville lors de la présentation de la structure de gouvernance qui gérera ce projet.

La Ville de Montréal revitalisera l’ancienne cour de voirie dite du site Louvain. Photo : Josie Desmarais/Métro

Le site Louvain est une ancienne cour de voirie désaffectée. Grand comme huit terrains de football, il appartient à la Ville de Montréal. Il longe la rue Louvain Est, entre l’avenue Christophe-Colomb et la rue Saint-Hubert. Il est situé à moins 15 minutes à pied de la station de métro Sauvé.

Depuis plus d’une dizaine d’années, des citoyens et des groupes communautaires d’Ahuntsic rêvent d’y construire des logements. En 2012, ils avaient élaboré sur papier l’idée d’un quartier doté de divers services, dont une école, une bibliothèque et un centre communautaire.

Le projet envisagé devrait accueillir entre 850 et 1000 logements familiaux, sociaux et communautaires. Le budget nécessaire est estimé à 350 M$.

Un comité de pilotage pour le développement du site a déjà été mis sur pied par Solidarité Ahuntsic l’automne passé. Il avait invité des citoyens à se joindre à des groupes de travail pour imaginer le quartier à venir.

«Il y a déjà une centaine de citoyens qui sont déjà engagés et qui réfléchissent aux diverses caractéristiques du projet et qui discutent de ses enjeux», a souligné André Gravel, président de Solidarité Ahuntsic.

Ce sont les membres de ce comité qui seront les porte-parole des citoyens au sein du bureau partagé avec la Ville et l’arrondissement.

Empressement

Toutefois, au moment où on annonce cette structure de gouvernance originale à la ville de Montréal, le projet en est encore à ses balbutiements. Or, les gens intéressés sont un peu pressés de voir les immeubles sortir de terre.

«Nous voulons construire une résidence pour personnes âgées puisque c’est une des populations ciblées dans ce projet», souligne Roch Bourget, au nom de la résidence les retrouvailles, un OSBL d’habitation communautaire pour personnes âgées.

Son organisme peut mobiliser rapidement des fonds et élaborer un projet concret. «Nous avons déjà 230 logements et nous avons 550 inscriptions qui attendent quelque chose, mais pas dans dix ans.»

Des citoyens regroupés au sein de la coopérative «l’étincelle» sont partie prenante du projet depuis 2012 et sont accompagnés par un Groupe de ressources techniques. Ils sont prêts à passer à l’action.

«Nous sommes déjà 20 à 25 personnes prêtes à déménager. Il sera très facile pour nous de mobiliser quelques dizaines de plus», assure Huguette Rancourt, membre de cette coopérative.

Pour les élus on souhaite tout de même aller vite, même si on ne peut fournir encore d’échéance précise. «Ce sera avant 2030», a tout de même annoncé Émilie Thuillier, mairesse d’Ahuntsic-Cartierville.