Montréal

Une manifestation pour dénoncer la hausse des tarifs d’Hydro-Québec

Une manifestation pour dénoncer la hausse des tarifs d’Hydro-Québec
Photo: Josie Desmarais / MétroPlusieurs manifestants se sont réunis au Square Philips pour dénoncer la hausse des tarifs demandée par Hydro-Québec.

Alors que les finances d’Hydro-Québec sont au beau fixe, des organismes de défense des plus démunis attaquent de nouveau certaines pratiques de la société d’État qui se défend.

Lundi, une soixantaine de manifestants se sont réunis pour dénoncer la nouvelle hausse des tarifs d’électricité qui coïncide avec la fin de la pause hivernale des débranchements de mauvais payeurs. «Même si le gouvernement dit que 0,9% est une petite hausse, pour les personnes dans le besoin c’est déjà trop», a déclaré Isabelle Mailloux-Béïque, conseillère budgétaire à l’Association coopérative d’économie familiale (ACEF) du Nord de Montréal.

Elle souligne que l’année dernière, 50 000 clients d’Hydro-Québec (HQ) ont été débranchés pour non paiement de leurs factures et que 300 000 autres ont dû prendre des ententes avec l’entreprise.

Cette dernière précise qu’il s’agit plutôt de 43 504 interruptions de courant et 229 643 ententes d’étalement des dettes. «On est sensibles aux besoins de nos clients qui ont des difficultés», répond Louis-Olivier Batty, porte-parole d’Hydro-Québec qui souligne que 13M$ ont été utilisés l’année dernière à aider des ménages à faible revenus. La tarification a aussi été changée pour que la première tranche (la moins chère) soit plus importante sur la facture. En outre, le mode des versements égaux permet d’éviter les mauvaises surprises.

Les manifestants ont mentionné que si Hydro-Québec versait l’entièreté des trop-perçus (plus de 150M$ par année depuis 10 ans) aux clients résidentiels, l’électricité serait plus accessible aux moins bien nantis.

Récemment, le gouvernement a plié en partie face aux critiques et décidé que la moitié des trop-perçus serait remise aux clients plutôt que d’aller dans les coffres de l’État. Les manifestants soulignent toutefois une iniquité: alors que les trop perçus sont essentiellement puisés à-même les comptes des clients résidentiels, le versement des sommes collectées en trop bénéficie aussi aux clients industriels qui profitent déjà, pour beaucoup, de tarifs préférentiels.

À ceci Hydro-Québec répond que ce sont plutôt les clients résidentiels qui paient moins qu’ils le devraient (86% du coût réel de distribution de l’électricité) et que les tarifs dont ils bénéficient sont indirectement financés par les clients commerciaux et industriels qui paient plus que leur part.