Art de vivre
23:43 31 janvier 2013 | mise à jour le: 31 janvier 2013 à 23:43 temps de lecture: 2 minutes

Douglas et Metropolis bleu unis pour la santé mentale

Dans la lutte contre les préjugés associés aux maladies mentales, l’Institut universitaire en santé mentale Douglas a trouvé en la littérature un allié important.

En effet, l’Institut Douglas et la Fondation Metropolis bleu, dont la mission est de promouvoir le plaisir de lire et d’écrire, s’unissent cette année afin d’offrir des activités sur le thème «Santé mentale et littérature».

Dans un premier temps, une plateforme numérique sera mise en ligne. Les internautes pourront y faire des exercices d’écriture conçus par Annie Hemingway, professeure de littérature à l’université de New York, et y trouver des suggestions de lecture.

«Nous lisons des livres pour vivre la vie de quelqu’un d’autre. Ça permet de comprendre que nous ne sommes pas si différents», note le psychologue à l’Institut Douglas, Camillo Zacchia. Selon lui, la littérature permet un rapprochement et une identification avec les personnages souffrant de maladies mentales, ce qui aide à réduire leur stigmatisation dans la société.

En complément de la plateforme numérique, le 15e festival littéraire Metropolis bleu présentera du 22 au 28 avril prochain une dizaine d’ateliers, de conférences et de débats publics traitant des liens entre l’écriture et la santé mentale.

«Nous voulons créer un climat qui permet d’aborder des sujets difficiles à travers l’écriture et la littérature», indique la PDG et directrice artistique de Metropolis Bleu, William St-Hilaire. Parce que la fiction aborde souvent des situations extrêmes ou traumatiques, les activités prévues dans le cadre du festival Metropolis bleu visent notamment à stimuler une réflexion sur le pouvoir thérapeutique des mots.