Montréal

Montréal obtient le statut de «ville équitable»

Montréal obtient le statut de «ville équitable»
Photo: Archives iStockLa certification équitable de Fairtrade a déjà été distribuée à des centaines de ville dans le monde.

Montréal recevra vendredi le titre de ville équitable à l’occasion de la 49e édition de la Marche Monde organisée par Oxfam-Québec. Celle-ci réunira quelque 6000 jeunes de partout au Québec qui défileront dans les rues de Montréal à partir du parc La Fontaine, jusqu’en milieu d’après-midi.

Lancée par le groupe Fairtrade il y a quelques années, la désignation de «ville équitable» est remise à Montréal «pour ses efforts de valorisation du commerce équitable et pour les impacts que ceux-ci ont sur les familles, en particulier les femmes et les filles» dans les pays en voie de développement.

À l’heure actuelle, 26 autres villes détiennent cette certification à l’échelle du Canada, dont Edmonton, Winnipeg, Toronto et Vancouver. Au Québec, Mont-Saint-Hilaire, Trois-Rivières, Rouyn-Noranda et Sherbrooke ont aussi obtenu pareille homologation. À l’échelle mondiale, des centaines de villes ont déjà été reconnues par Fairtrade.

«La Ville a revu sa politique d’approvisionnement pour inclure les principes d’équitabilité et, progressivement, privilégier l’achat et l’offre de produits équitables dans ses installations et ses activités», explique la responsable de la transition écologique et de la résilience au comité exécutif, Laurence Lavigne-Lalonde.

L’administration Plante, qui devrait adopter ces changements au prochain conseil municipal, le 13 mai, estime qu’«il est indispensable de mettre à jour […] l’ensemble des achats publics». «On s’engage à s’approvisionner de façon plus responsable et à soutenir l’économie sociale solidaire», ajoute Mme Lavigne-Lalonde, disant viser «un monde meilleur et plus juste».

«En gros, la politique donne une orientation à la ville-centre et aux arrondissements pour favoriser l’achat équitable et responsable, lorsque c’est possible.» -Laurence Houde-Roy, porte-parole au comité exécutif

«Le tout vise à positionner la Ville comme un acteur majeur, cohérent et respecté auprès des marchés avec qui elle transige», ajoute-t-on dans des documents officiels. L’intention serait, entre autres, de mieux «définir les règles des échanges commerciaux» avec les fournisseurs municipaux et d’établir les priorités «en matière de gestion des stocks».

Grâce aux jeunes
L’animatrice de la Marche Monde et actrice de profession, Maude Campeau, estime que l’apport de la jeunesse est indéniable dans l’avancement de ce mouvement.

«C’est surtout grâce aux jeunes, dans leurs établissements scolaires, qui sont allés chercher la désignation d’école équitable par exemple. Ça montre que le mouvement est grand, et qu’il y a beaucoup de gens à Montréal qui veulent changer leurs habitudes de consommation, réduire la quantité de déchets qu’ils produisent, bref poser des gestes plus éthiques.» -Maude Campeau

La grande marche d’OXFAM veut contribuer à «faire des jeunes des citoyens engagés, impliqués dans leur communauté», dit celle que le grand-public a entre autres vu dans District 31. «C’est surtout de favoriser leur participation citoyenne et d’entendre leurs préoccupations face aux inégalités sociales, à la pauvreté dans le monde», poursuit-elle, soulignant qu’un comité consultatif formé de 8 jeunes de 12 à 17 ans a été mis sur pied récemment pour encourager cette prise de parole.

Un jumelage sera par ailleurs effectué pendant la marche entre des jeunes et des personnalités de différents domaines, tant dans les secteurs politique que médiatique ou associatif. «On veut leur permettre d’être entendus auprès des décideurs, illustre Maude Campeau. Ils discuteront ensemble des leurs préoccupations pour ensuite influencer la prise des décisions.»

Des centaines de jeunes du secondaires ont participé à la Marche monde d’Oxfam-Québec. Photo: Josie Desmarais/Métro

«Je déteste quand on dit que les jeunes, c’est le futur, et pas le présent […]. Ils attendent cette activité-là, c’est leur récompense. Toute l’année, ils se sont engagés ici et là pour les causes qui leur tiennent à cœur. Là, ils se retrouvent avec des gens qui croient comme eux à un monde meilleur», renchérit l’actrice.

Le même genre de rassemblement aura lieu dans une dizaine d’autres villes en Europe et ailleurs dans le monde, sur le même modèle que celui d’OXFAM-Québec. Une marche a déjà eu lieu en Grèce, le 12 avril dernier.

Ce qu’ils ont dit
«Plusieurs organismes, entreprises et citoyens ont participé au processus de désignation, ce qui démontre l’impact positif de la diversité du mouvement du commerce équitable.» -Fouzia Bazid, chargée de projets à l’Association québécoise du commerce équitable (AQCE)

«Ça signifie que Montréal […] soutient également le développement durable des communautés productrices de café, de cacao, de sucre ou de bananes qui énergisent chaque jour les Montréalaises et les Montréalais.» -Julie Francoeur, DG de Fairtrade Canada