Communauté

5 000 km de course réalisés par un Lachinois

5 000 km de course réalisés par un Lachinois
Photo: GracieusetéFrançois Desjardins-Turcotte est revenu à Lachine la semaine dernière après cinq mois de course d’ouest en est des États-Unis.

Le Lachinois François Desjardins-Turcotte a parcouru 5 000 kilomètres en joggant à travers l’Amérique du Nord. Cette course visait à amasser 5 000$ de dons pour l’Association québécoise du syndrome de Williams (AQSW).

L’idée a germé lors d’une escapade en Europe, où François Desjardins-Turcotte s’est découvert une passion pour le voyage actif. Il a donc décidé de vivre son rêve, qui était de parcourir l’ouest des États-Unis. Peu de temps après, la collecte de fonds s’est ajoutée au projet.

«C’est un ami qui m’a encouragé à le faire. Il m’a dit que tant qu’à courir, j’étais aussi bien de le faire pour une cause», indique l’homme de 30 ans.

Avec une quinzaine de marathons d’expérience, le Lachinois a décidé de se lancer dans cette aventure en solo, ce qui lui a permis, à ce jour, d’amasser plus de 5 500$. Cette somme permettra à l’association d’offrir des ressources professionnelles aux familles dont un enfant est atteint de la maladie génétique du syndrome de Williams.

D’ouest en est

Le périple a commencé en octobre dans l’État de Washington. L’athlète s’est rendu jusqu’en Californie, en terrain montagneux pendant douze semaines, où il courrait environ 30 kilomètres par jour, poussant son chariot de 27 kilos d’équipement.

«Je me suis blessé à la cuisse après trois semaines dans l’Ouest, souligne-t-il. Mon corps n’était pas habitué à cette charge de travail, mais j’ai été chanceux que ce ne soit rien de grave. Je me suis reposé pendant deux jours, puis j’ai recommencé tranquillement.»

Mis à part de quelques ampoules aux pieds, le reste de son aventure s’est déroulé sans problème. Il a pris un vol de San Diego jusqu’à Fort Lauderdale, en Floride, où il a continué sur un terrain plat. Cet avantage géographique lui a permis de gagner de la vitesse et de parcourir parfois 50 kilomètres quotidiennement, lors de son parcours jusqu’à Montréal.

Vivre ses passions

Après des études en droit, François Desjardins-Turcotte a mis de côté cette profession pour vivre ce qui le faisait réellement vibrer. «On a tendance à oublier tout ce qu’on peut faire pour changer le monde, explique-t-il. En persévérant et en croyant en soi, on peut accomplir de grandes choses.»

Tout au long de sa course, des gens le sollicitaient de ville en ville pour connaître ce qui le poussait à courir. L’athlète ne regrette rien et assure avoir vécu sa passion. «Il faut vivre sa vie comme une aventure», conclut-il.

Dans l’attente de prochains projets, M. Desjardins-Turcotte continue d’amasser des fonds sur sa page web pour l’AQSW.

Pour plus d’infos
gofundme.com/fruncois-williams-syndrome-run