Montréal

Des restrictions «inacceptables» pour les prestataires d’aide sociale souhaitant voyager

Des restrictions «inacceptables» pour les prestataires d’aide sociale souhaitant voyager
Photo: Josie Desmarais/MétroUn cortège funèbre est descendu dans les rues du centre-ville de Montréal afin de critiquer les politiques gouvernementales qui affectent la possibilité de voyager des personnes recevant de l'aide sociale./ Josie Desmarais

En tant que mère monoparentale, après le décès de son mari, Fatma Boudour a dû avoir recours à l’aide sociale. Quand sa mère est décédée peu de temps après, elle s’est rendue d’urgence en Algérie pendant un mois.

Or, depuis 2015, les prestataires d’aide sociale se voient retirer leur admissibilité après une absence hors du Québec de sept jours consécutifs, ou de 15 jours cumulatifs dans un mois.

«Mon mois a été coupé, et ce sont mes amis qui ont fait une collecte pour m’aider à payer le loyer», a expliqué Mme Boudour, qui faisait partie des dizaines de personnes venues manifester mercredi matin pour l’abolition de cette mesure.

Après avoir vu des centaines de personnes défiler dans leur bureau, les organisatrices communautaires du Projet Genèse, basé dans Côte-des-Neiges, ont eu l’idée d’organiser cette marche sous des allures de cortège funèbre, au terme duquel les manifestants sont allés déposer, devant les bureaux montréalais du premier ministre, un cercueil rempli de témoignages.

«Pendant la campagne, François Legault avait évoqué son ouverture pour regarder cette question, mais depuis son élection, rien», a indiqué une des organisatrices communautaires du Projet Genèse, Cathy Inouye.

«Notre but, aujourd’hui, c’est qu’on veut faire part au premier ministre de ce que vivent les gens qui souffrent à cause de cette mesure, pour qu’il l’abolisse», a renchéri sa collègue, Sheetal Pathak.

Depuis la mise en vigueur de ce règlement, près de 4500 personnes ont été touchées.

«Cette mesure précarise ces gens-là, car c’est déjà très peu, ce qu’ils reçoivent», a déploré Sheetal Pathak.

Fatma Boudour confirme que c’est bel et bien le cas.

«Ce n’est pas évident, les gens croient que sur l’aide sociale, on se la coule douce, mais ce n’est pas vrai. Surtout pour des mamans seules, c’est très difficile. Mon chèque me permet tout juste de payer mon loyer. On est au compte-gouttes», a-t-elle regretté.

Impact sur les immigrants
Selon Projet Genèse, la restriction affecte principalement les personnes immigrantes, qui doivent se rendre à l’étranger pour voir leurs proches. Même si elles ne représentent que 18% des prestataires, elles constituent plus de 80% de ceux pénalisés par la mesure.

Sur les 93 témoignages remplissant le cercueil, illustrant les motifs de voyage, 76 personnes voulaient aller rejoindre des proches, que ce soit suite à la maladie ou un décès.

C’est le cas de Carmencita Sapanta, qui a raconté qu’elle avait maintenant une dette à l’aide sociale, car elle s’est rendue pendant quelques semaines aux Philippines, au chevet de sa mère malade, à qui elle avait promis d’être présente.

«Mon frère est maintenant malade lui aussi, mais je ne peux plus rien promettre. J’espère que le gouvernement va comprendre nos situations», s’est-elle attristée.

Pour certains, comme Fatma Boudour, le retour aux sources était carrément recommandé par le médecin. Or, même dans ces cas, aucune exemption n’est possible.

«Sept jours, pas plus, c’est ce qu’on m’a dit», a illustré Mme Boudour.

Cathy Inouye a qualifié tous ces cas comme étant «inacceptables».

«Ces gens ont à faire des choix déchirants de visiter un proche mourant ou attendre les funérailles à cause de politiques gouvernementales. Eux aussi ont le droit de vivre leur deuil entouré de leurs proches», s’est insurgée Mme Inouye.

Un recours juridique est en cours, afin de faire discriminer et abolir ce règlement. L’audience est prévue pour décembre 2019.