Montréal

Routes: «10 ans de travaux à faire» pour atteindre un équilibre à Montréal

Routes: «10 ans de travaux à faire» pour atteindre un équilibre à Montréal
Photo: Josie Desmarais/MétroLa porte-parole du Ministère des Transports du Québec, Sarah Bensadoun

Plusieurs grands axes de la métropole seront lourdement congestionnés d’ici quelques semaines alors que la saison des travaux battra son plein. Si quelque 260 km de chantiers routiers doivent être effectués d’ici la fin août – un nombre légèrement plus bas que les 278 de l’an dernier – la Ville s’attend tout de même à de sérieuses contraintes de déplacement pour les piétons, cyclistes et automobilistes.

«À peu près 50% des rues sont en mauvais état à Montréal. On a 10 ans de travaux à faire, donc oui il y a un coup de barre à donner, a insisté jeudi le porte-parole administratif de Montréal, Philippe Sabourin. Cela dit, on comprend que c’est complexe pour tout le monde. On fait des efforts pour que la mobilité soit au rendez-vous.»

L’Escouade mobilité se verra entre autres confier de nouvelles responsabilités cette année, son territoire de surveillance passant de trois à six arrondissements. En plus de Ville-Marie, du Plateau-Mont-Royal et du Sud-Ouest, le groupe aura aussi des vues sur Rosemont-La-Petite-Patrie et Côte-des-Neiges.

«Si on ajoute toutes les petites interventions rapides et efficaces qu’on fait sur les chantiers avec l’escouade, ça fait une vraie différence sur la mobilité, dit M. Sabourin. Seulement en un an, on parle d’environ 4600 interventions.» Les pistes cyclables, les axes piétonniers ou encore les voies réservées sont par ailleurs «une priorité» pour l’Escouade, soutient-il.

«Les Montréalais ont la perception que leurs rues ne sont pas en bon état. Et je les comprends. Les routes à Montréal sont dans de très mauvaises conditions. Il faut s’y attaquer avant que ça ne devienne pire.» -Philippe Sabourin

L’administration Plante a aussi l’intention d’abaisser le nombre de permis de construction octroyés au secteur privé dans les arrondissements centraux, dont Ville-Marie. «Ça va être un soulagement. En ce moment, 75% des permis vont à un entrepreneur», a illustré le porte-parole.

Des secteurs «à éviter absolument»
Pour la porte-parole du Ministère des Transports du Québec, Sarah Bensadoun, trois secteurs majeurs de Montréal seront particulièrement congestionnés cet été. Le pont Jacques-Cartier, où des travaux d’asphaltage doivent être réalisés, sera d’abord fermé de manière ponctuelle le week-end entre les mois de juin et d’août. Le secteur de l’échangeur reliant les autoroutes 13 et 40 devra aussi être évité, des fermetures de plus de 24 heures étant prévues à l’exception de l’A13 sud.

En marge des travaux du Réseau express métropolitain (REM), l’autoroute 10 sera aussi fermée sur des périodes quotidiennes, la fin de semaine seulement, entre le boulevard Taschereau, la route 134 et l’autoroute 30. Même principe pour la voie réservée du SRB Pie-IX, où des entraves de longue durée sont à prévoir jusqu’en 2022. Seuls le pont Papineau et l’autoroute 15 seront en réalité épargnés par la saison des chantiers cette année.

«Ça va être des fermetures ponctuelles qui vont faire mal et ça sera vraiment important de planifier ses déplacements, a insisté Mme Bensadoun. Si on va vers l’aéroport pendant que l’échangeur est fermé par exemple, ça risque d’être problématique. Idem pour les gens qui partent de Montréal vers Sherbrooke.»

S’il est difficile de comparer la situation des chantiers à Montréal d’année en année, une constante demeure, d’après la porte-parole: il y aura toujours des cônes oranges dans la métropole. «Toutes les infrastructures ont été construites à peu près en même temps. Les travaux doivent se faire, elles sont en fin de vie utile», a-t-elle illustré.

«On voit qu’il y a quand même des améliorations, des gains sur la fluidité et la circulation. Plus on se concerte, moins il y a d’impacts pour les usagers dans leur vie au quotidien.» -Sarah Bensadoun

D’après la responsable, la fin imminente du méga-chantier de l’échangeur Turcot améliorera la situation. «On est à plus de 75% de complété et au niveau du démantèlement, on est à plus de 97%. On va pouvoir rouvrir l’année prochaine, il ne reste que quelques mois de travaux», a-t-elle mentionné.

Le nouveau pont Samuel-de-Champlain ouvrira aussi sous peu. D’après l’un des porte-paroles du chantier, Benoit Chamontin, l’infrastructure ouvrira «en deux phases», l’une vers le nord qui nécessitera quelques fermetures mineures et l’autre vers le sud, qui créera «des entraves majeures» sur l’A15.

«Ça va être une fin de semaine importante, a-t-il convenu. Même si les gens ne le voient pas nécessairement, surtout quand ça se passe bien, on travaille à longueur d’année pour simplifier les déplacements».