Montréal

Données numériques: Montréal ne veut pas d’une société «Big Brother»

Données numériques: Montréal ne veut pas d’une société «Big Brother»
Photo: Josie Desmarais/MétroLe responsable de la Ville intelligente au comité exécutif, François William Croteau

Pour «rassurer la population» sur la manière dont les données numériques des Montréalais sont gérées, l’administration Plante a créé mardi un nouveau cadre réglementaire auquel organisations et citoyens seront invitées à adhérer afin de démonter le caractère éthique de leurs pratiques d’hébergement, de stockage et de collecte.

«Il y a une inquiétude fondamentale de ne pas transformer notre société en Big Brother, a convenu le responsable de la Ville intelligente, François William Croteau. Ce n’est pas aux entreprises privées de décider à notre place de quelle manière on va collecter les données et pour quel usage. C’est une question de souveraineté numérique.»

L’élu municipal cite entre autres le cas de Sidewalk Labs, une filière de Google qui a provoqué l’indignation à Toronto avec son plan de «quartier intelligent» qui transformerait le secteur riverain en une communauté «de haute technologie» dotée de capteurs intelligents qui enregistreraient les comportements des résidants.

«Oui, il y a eu des dérives. Quand on confie la collecte des données à une entreprise privée à 100%, évidemment qu’on ne peut pas garantir à la population que tout ça est fait pour le bien public. Ce modèle est pour nous l’exemple à ne pas suivre.» -François William Croteau

Qui dit souveraineté numérique dit aussi «s’extraire du monopole privé» de gestion des données pour mieux en assurer leur contrôle, souligne celui qui est aussi maire de Rosemont-La-Petite-Patrie. «Il faut s’assurer que l’hébergement se fasse sur le territoire canadien, en mode propriétaire par la Ville», résume-t-il.

Des standards, des données ouvertes?
Grâce à sa nouvelle Charte de données numériques, Montréal entend notamment imposer certains standards aux entreprises avec qui elle fait affaire par le biais d’appels d’offres. «On lance un mouvement et on pense que les autres villes du Québec vont le suivre, dit M. Croteau. On a tous la même aspiration: celle de protéger la vie personnelle en ayant des hauts standards éthiques.»

Les systèmes numériques de la Ville – par exemple la collecte de contravention, l’émission de la taxe ou de permis –  pourraient aussi être rendus accessibles par données ouvertes. Montréal dit aussi vouloir sensibiliser les citoyens aux processus actuels de captage de données.

«Il faut être conscients que lorsqu’on tient un téléphone cellulaire entre les mains, on adhère à des règles prescrites par des applications intelligentes et on accepte de donner accès à nos informations. Comme administration, on n’est pas exempts de ces risques. C’est pour ça qu’on doit montrer l’exemple», poursuit M. Croteau.

Pour Mehdi Benboubakeur, le directeur général du Printemps Numérique – qui se tient du 21 mars au 21 juin –  la nouvelle est excellente. «La protection des données est essentielle, a-t-il indiqué. On travaille justement à vulgariser des concepts et la compréhension des données. C’est clair que la démarche envisagée par la Ville est plus que la bienvenue.»

Appelé à réagir, le chef de l’opposition Lionel Perez a lui aussi estimé que «sur le principe», l’idée est bonne. «On a déjà une stratégie sur le numérique à la Ville de Montréal. Ça, c’est un volet très particulier. C’est une bonne chose, il va falloir l’analyser, voir l’impact et être à l’écoute du milieu avant de se prononcer», a-t-il suggéré.

«Une culture à changer»
Pour le ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, Éric Caire, Québec a encore «beaucoup de travail à faire et une culture à changer» pour rattraper son retard en matière de transformation numérique.

«J’ai eu un choc vagal l’autre jour quand on m’a donné une carte d’affaires avec un numéro de padget. Moi qui pensait qu’il y avait juste les vendeurs de drogue qui avaient ça, mais non il y aussi des fonctionnaires», a-t-il ironisé.

Il faut d’abord se rendre compte, selon le député de La Peltrie, que le cadre numérique du Québec «est archaïque».

«Quand le big data est morcelé, cloisonné et emprisonné dans des cartons juridiques qui fait en sorte que deux hôpitaux d’un même CIUSS n’ont pas le droit d’échanger des données, on est loin d’implanter l’intelligence artificielle. Il faut adapter nos pratiques et commencer à penser au partage, à la co-créativité.» -Éric Caire

«Le gouvernement est un partenaire et non un espèce de château fort inatteignable, a-t-il ajouté. Pour toutes sortes de raison, on a développé dans les dernières années une mentalité d’insulaire, avec le public d’un côté et le privé d’un autre. C’était contre-productif.»