Montréal
09:35 29 mai 2019 | mise à jour le: 29 mai 2019 à 13:16 temps de lecture: 5 minutes

Chemin du mont Royal: des aménagements pour empêcher les demi-tours et réduire le transit automobile

Chemin du mont Royal: des aménagements pour empêcher les demi-tours et réduire le transit automobile
Photo: Josie Desmarais/Métro

Sens unique, nouveaux feux de circulation, bollards au milieu de la voie et élargissement des accotements sont quelques-unes des mesures qui seront mises en place dès la mi-juin pour augmenter la sécurité des cyclistes qui empruntent le chemin du mont Royal en incitant les automobilistes à ralentir et à cesser d’effectuer des demi-tours.

«Je me suis engagée à ne pas lésiner sur les efforts. C’est une première étape qui va minimiser ou empêcher les virages en U qui ont entraîné la mort de Clément Ouimet», a déclaré mercredi la mairesse de Montréal, Valérie Plante, en référence au cycliste de 18 ans décédé sur la voie Camillien-Houde en octobre 2017. 

Ces mesures transitoires, dévoilées pendant la séance du comité exécutif, font écho à un rapport de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) publié au début du mois réclamant que des mesures soient mises en place pour rendre les déplacements des piétons et des cyclistes plus sécuritaires sur le chemin Remembrance et la voie Camillien-Houde.

Parmi les aménagements prévus d’ici au 14 juin, on note l’installation de bollards au milieu de la chaussée de la Maison Smith jusqu’à l’avenue du Mont-Royal de même que la mise en place d’éléments physiques pour séparer les voies de circulation automobile de l’accotement. Celui-ci sera d’ailleurs élargi sur environ la moitié du parcours en plus d’être prolongé jusqu’à l’avenue du Mont-Royal, ce qui viendra «circonscrire» à certains endroits les voies dédiées à la circulation automobile, a indiqué la mairesse Plante lors d’un point de presse.

«Je ne ferai aucun compromis sur la sécurité.» -Valérie Plante, mairesse de Montréal

Un sens unique alterné par deux feux de circulation sera par ailleurs mis en place afin d’alléger la circulation de transit dans la courbe du chemin du mont Royal menant au belvédère Camillien-Houde, indique un document explicatif de la Ville.

«Au niveau du col, c’est très étroit. Donc, aucun piéton ne pouvait aller là parce que c’était très dangereux. Et même pour les cyclistes, c’était difficile. Donc, il va y avoir un feu en alternance pour que les différents types d’utilisateurs puissent accéder à la Maison Smith et au belvédère», a expliqué Mme Plante. 

Une voie sera en outre retirée sur l’avenue du Mont-Royal entre la voie Camillien-Houde et le chemin de la Côte-Sainte-Catherine et des dos d’ânes seront installés à certains endroits.

«J’accueille ça très bien. Il y a plusieurs mesures là-dedans qui vont sécuriser les déplacements des piétons et des cyclistes», a commenté la présidente-directrice générale de Vélo Québec, Suzanne Lareau.

Appelé à réagir, le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez, estime que ces mesures auraient pu être mises en place plus tôt par l’administration municipale, qui a tenu de juin à octobre 2018 un projet pilote de fermeture de la voie Camillien-Houde au transit automobile.

«On a perdu un an de sécurité. On voit que plusieurs de ces mesures auraient pu être mises en place dès l’an passé dans un véritable projet pilote», a-t-il lancé.

La Ville entend de surcroît apporter des correctifs à la traverse piétonnière menant au belvédère Camillien-Houde, notamment par le biais d’un meilleur marquage au sol.

«A priori, ça a beaucoup plus de sens que le dernier projet pilote, qui n’avait pas vraiment changé la configuration de la voie Camillien-Houde», a quant à lui affirmé le porte-parole de Vélo Fantôme Montréal, Alain Deschamps. 

Des mesures «transitoires»
Alors que Mme Lareau a fait part à Métro de ses craintes que les éléments physiques qui empièteront sur la chaussée de même que les dos d’ânes qui seront aménagés ne représentent des «obstacles» potentiellement «dangereux» pour les cyclistes, la Ville assure qu’elle surveillera la situation de près.

« Il y aura un monitoring complet de l’effet des mesures transitoires. Selon les données qu’on va collecter sur l’état de la situation, nous serons en mesure de nous ajuster et de constamment améliorer les aménagements », a indiqué le responsable des transports au comité exécutif, Éric Alan Caldwell.

Mme Plante a par ailleurs rappelé que la Ville compte, à terme, transformer la voie qui traverse le mont Royal en chemin de plaisance, tout comme l’a recommandé l’OCPM dans son rapport.

«On espère que dans un avenir somme toute rapprochée on puisse déjà faire une proposition de cette belle route de parc», a-t-elle dit. 

Questionnée par Métro sur la possibilité que le transit automobile soit éventuellement complètement banni du mont Royal, Mme Plante est demeurée évasive.

«On veut accéder à la montagne, mais on veut minimiser le transit […] L’autoroute, ça, on veut mettre ça de côté», a-t-elle soulevé. 

Chaque jour, environ 10 000 véhicules transitent sur le mont Royal, selon des données de Vélo Québec.

«À un moment donné, on va se rendre compte que ça ne fait plus de sens d’avoir des voitures dans un parc.» -Alain Deschamps, porte-parole de Vélo Fantôme Montréal

 

Articles similaires