Montréal

Ensemble Montréal veut des vols uniques entre Montréal et Beyrouth

Ensemble Montréal veut des vols uniques entre Montréal et Beyrouth
Photo: Nouvelles Saint-Laurent News – Laurent LavoieAref Salem et Alan DeSousa ont présenté leur motion en marge d’un point de presse, mardi.

Les élus laurentiens d’Ensemble Montréal Aref Salem et Alan DeSousa somment le ministère des Transports fédéral à se prononcer sur l’autorisation de vols directs entre Montréal et Beyrouth, la capitale du Liban.

Les élus indiquent qu’après Shanghaï, Tokyo, Tel-Aviv, Berlin, c’est maintenant au tour de Beyrouth de profiter de vols uniques.

Une motion en ce sens sera déposée au prochain conseil municipal de la Ville de Montréal le 17 juin.

Une telle initiative remplit les deux critères pour un succès assuré, selon le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa.

Étant une première en Amérique du Nord, «tous les gens aux États-Unis, au Canada, qui voudraient aller à Beyrouth, viendraient à Montréal, explique-t-il. Ça deviendrait un hub».

Ces vols permettraient également de développer une base domestique pour les migrants qui veulent traverser l’Atlantique. «[Présentement], on est en train de demander à des familles avec des enfants de se déplacer de façon indirecte [et] ça leur complique la vie», déplore le porte-parole en matière de développement économique et conseiller de la ville à Saint-Laurent, Aref Salem.

Investissements

Un lien direct avec la capitale libanaise ouvrirait la porte à de nombreuses opportunités économiques, soutient le secrétaire général de la Chambre de commerce et d’industrie Canada-Liban (CCICL), Fadi Amine.

Il estime que son système bancaire est «solide», ayant survécu à des crises économiques importantes dans le passé.

Si Beyrouth servait de «porte d’entrée» pour l’économie canadienne vers le Moyen-Orient, plusieurs entreprises libanaises ont aussi de l’intérêt pour le secteur agroalimentaire, et l’intelligence technologique.

«Chaque mois, nous avons des dizaines et des dizaines d’appels de gens qui veulent investir en Amérique du Nord ou au Canada», soutient M. Amine.

Les industries touristiques canadienne et libanaise profiteraient aussi de cette nouvelle voie aérienne.

«Il y a beaucoup de potentiel, mais il faut faire attention, il ne se limite pas aux frontières du Liban, il est plus élargi», précise le secrétaire général de la CCICL.

La communauté libanaise de Montréal représente près de 69 000 personnes.

Appui

Aref Salem et Alan Desousa espèrent que le ministère des Transports autorise les vols dans les prochaines semaines.

Sinon, ils invitent les partis politiques à se prononcer sur le sujet au courant de la campagne électorale qui s’amorce dans les prochains mois.

Le gouvernement fédéral n’avait pas fait part de sa position aux Nouvelles Saint-Laurent News au moment de mettre sous presse.

Or, l’Aéroport de Montréal (ADM) et Air Canada ont déjà apporté leur soutien au projet dans le passé.

Une motion d’appui devrait aussi être votée lors du conseil d’arrondissement de Saint-Laurent ce soir.