Montréal

Manifestation pour exiger un «programme de régularisation complet» pour les personnes sans-papiers

Manifestation pour exiger un «programme de régularisation complet» pour les personnes sans-papiers
Photo: Pablo Ortiz/Métro

Une centaine de manifestants s’étaient rassemblés dimanche après-midi au parc Nelson-Mandela, dans l’arrondissement Côte-des-Neiges, afin de revendiquer des actions concrètes de la part des trois paliers gouvernementaux pour respecter les droits des migrants sans-papiers qui se font emprisonner et déporter.

«On demande des solutions et des actions pour protéger les gens qui sont ici depuis longtemps», a déclaré dimanche après-midi Abdel Kader Belaouni du Centre des travailleurs immigrants avant le début de la marche.

Les manifestants ont revendiqué un programme de régularisation «complet, ouvert et continu» pour toutes personnes vivant au Canada.

À travers le pays, à Montréal comme ailleurs, les migrants sans statut légal peuvent être détenus ou déportés pour plusieurs raisons, notamment un visa expiré ou des gens qui n’ont pas reçu le statut de demandeurs d’asile, comme l’a illustré Romina Hernàndez-Gomez de Solidarité sans frontières.

La Ville de Montréal a récemment annoncé des mesures dans cette direction, en proposant d’offrir des services aux immigrants sans papier, comme la piscine et la bibliothèque, par exemple.

Or, Mme Hernàndez-Gomez a jugé que ceci «risque de placer les migrants à encore plus de risques d’identification et de répression», car le Service de police de la Ville Montréal (SPVM) prend connaissance immédiatement du statut de l’individu, et peut donc contacter les autorités frontalières.

«Il suffit que tu traverses la lumière rouge, tu te fais intercepter, les policiers voient ton papier et contactent les autorités frontalières. C’est un danger», a-t-elle déploré.

Elle a martelé que la Ville doit contrôler les actions du SPVM, expliquant que la police «ne devrait pas avoir de liens avec les services frontaliers».

«La mairesse de Montréal est la chef de la police, elle a la responsabilité et le pouvoir pouvoir de faire cesser ça», a indiqué Mme Hernàndez-Gomez.

À ses côtés, Mohamed Barry, des Guinéens unis pour le statut, a expliqué qu’une fois ici, les gens ne veulent pas repartir.

«On travaille, on est bien installés et la plupart de nous sommes bilingues, mais ils refusent de nous reconnaître. On n’est pas des criminels», a-t-il déploré.

Considérant que le Canada n’est pas aussi «ouvert» qu’il en a l’air, M. Barry juge que le fédéral, tout comme le provincial, ont leur part à jouer dans le dossier.

«On demande qu’ils arrêtent les déportations, tout simplement», a ajouté Abdel Kader Belaouni.

Cette année particulièrement, la manifestation voulait mettre en lumière et célébrer la «résistance constante à la violence des frontières de nos communautés ici à Montréal», mais aussi renforcer les liens «dans un effort collectif pour construire une Cité sans frontières où chacun peut vivre sans peur».

Initiative pancanadienne depuis 2002, la marche se tenait dimanche dans 12 villes à travers le pays.