Montréal

Finances de la Ville: Valérie Plante et l’opposition jouent du coude

Finances de la Ville: Valérie Plante et l’opposition jouent du coude
Photo: Archives | Métro

Le conseil municipal de Montréal mandatera mardi la vérificatrice générale (VG) de réaliser un rapport sur les finances de la Ville en vue des élections de 2021. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, s’est toutefois défendue de devancer une motion de l’opposition.

Un point a été ajouté à la dernière version de l’ordre du jour de la séance du conseil municipal, qui a débuté lundi après-midi et se poursuivra mardi. Celui-ci prévoit que le Service des finances produise «un rapport préélectoral sur l’état des finances de la Ville de Montréal» d’ici le 30 juin 2021. Ce rapport inclura aussi les projections de l’évolution des revenus et des dépenses de la Ville pour l’année suivante.

La VG, Michèle Galipeau, devra ensuite produire un rapport préélectoral et à le présenter aux élus «au plus tard le 23 septembre 2021».

Motion d’Ensemble Montréal 

L’ajout de ce point à l’ordre du jour de la séance du conseil municipal survient quelques semaines après qu’Ensemble Montréal ait déposé une motion qui réclame sensiblement la même chose.

«Je pense que c’est du rattrapage politique pour l’administration. […] Si l’administration voulait faire preuve de faire la politique autrement, elle aurait tout simplement adopté notre motion», déplore le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez, en entrevue à Métro

La Ville a-t-elle tenté de contrecarrer la motion d’Ensemble Montréal? «Absolument pas», réplique Valérie Plante en marge d’une conférence de presse à l’hôtel de ville.

«Je suis très heureuse que l’opposition ait décidé d’embarquer dans le train parce qu’on aurait souhaité, alors qu’ils étaient au pouvoir, qu’ils mettent en place une telle mesure», lance la mairesse de Montréal. 

La Ville mentionne d’ailleurs, dans les documents soumis aux élus, que «plusieurs rencontres de travail» ont eu lieu entre le Service des finances et le VG au cours des derniers mois. Celles-ci ont permis de définir «les contours du mandat» qui sera donné à Mme Galipeau.

Éviter les trous financiers

Ce rapport vise notamment à éviter qu’une nouvelle administration municipale constate un manque de fonds au lendemain de son arrivée au pouvoir.

«Nous, on s’est réveillés au pouvoir avec de mauvaises surprises et on veut éviter ça», souligne Mme Plante.

Quelques jours après son arrivée au pouvoir, en novembre 2017, la mairesse de Montréal avait fait une sortie publique pour déplorer un «manque à gagner» de 358 M$ dans les finances de la Ville. Cette dernière a finalement enregistré un surplus financier de 139,5 M$ pour l’année 2017. 

Afin de répliquer à cette sortie publique, l’opposition officielle a déposé une motion en janvier 2018 pour demander la création d’un Bureau indépendant du budget qui aurait comme mandat d’analyser de façon impartiale les finances de la Ville. L’administration de Mme Plante avait alors proposé de donner plutôt ce mandat à la VG.

Selon M. Perez, ce rapport permettra aux partis de mettre de l’avant des promesses électorales qui correspondent à la réalité financière de la Ville.

«D’un point de vue transparence, ça donne un pas de plus.» -Lionel Perez, chef d’Ensemble Montréal

Long processus

Dans son dernier rapport annuel, présenté à la mi-juin, Mme Galipeau mentionnait n’avoir toujours reçu aucune «demande formelle» de la Ville pour réaliser ce rapport.

«S’il advenait que nous fassions ce mandat, nous devrons y dédier des ressources à temps plein, se doter de spécialistes pour nous appuyer et obtenir un budget additionnel», soulignait-elle dans son rapport.

La motion d’Ensemble Montréal, de même que le point ajouté à l’ordre du jour, seront débattus mardi.

Avec François Carabin, Métro