Montréal

Vestiaires universels: il faut «innover socialement», dit la Ville de Montréal

Vestiaires universels: il faut «innover socialement», dit la Ville de Montréal
Photo: Charlotte Lopez TC MédiaL’idée n’est pas d’empêcher les gens d’aller dans un vestiaire déterminé, «mais bien de favoriser le bien-être des personnes qui ont envie d’utiliser tel ou tel espace» pour des raisons qui leur sont propres, dit le Conseil québécois LGBT.

Montréal ira de l’avant avec son projet de vestiaires universels au Complexe aquatique de Rosemont, qui doit être livré l’an prochain. Convaincue que de faire se côtoyer hommes et femmes «réduit la discrimination» basée sur le sexe, la Ville envisage de faire pareil ailleurs, au Centre Peter-McGill ou à l’Hippodrome.

«Il faut réaliser ces projets-là […] pour innover socialement. Les gains sociaux vont être infiniment supérieurs aux investissements nécessaires à long terme», a expliqué jeudi la responsable de l’inclusion sociale, Nathalie Goulet, en marge de la présentation du Plan d’action en développement social 2019-2020.

D’après l’élue, ces vestiaires ont d’abord été pensés afin d’accommoder les citoyens. «C’est réfléchi pour qu’une femme puisse accompagner son papa âgé à la piscine par exemple, ou que des groupes d’enfants mixtes puissent être ensemble», insiste-t-elle.

Si la pertinence des vestiaires universels font parfois débat au sein de la population, Nathalie Goulet assure que les sceptiques seront confondus.

«Oui, il y a toujours des réticences. C’est comme l’intégration des femmes dans des métiers majoritairement masculins. Non, ce n’est pas compliqué. Il faut le faire.» -Nathalie Goulet

D’après l’attachée de presse au comité exécutif, Laurence Houde-Roy, il y aura toutefois un espace commun avec les vestiaires et «une série de cabines, douches et toilettes complètements fermées où on pourra se changer».

La piscine Lévesque, sur le Plateau-Mont-Royal, a déjà implanté ce genre de mesures l’an dernier.

«Sortir des cadres normatifs»

Appelé à réagir, le directeur de la Corporation de développement communautaire du Centre-Sud, François Bergeron, abonde relativement dans le même sens.

«Dans un quartier comme le nôtre, désexualiser les toilettes et créer des espaces pour tous et toutes, on ne peut pas être contre ça», indique-t-il.

Même son de cloche pour le Conseil québécois LGBT, dont la directrice générale Marie-Pier Boisvert salue l’arrivée des vestiaires universels.

«Ça fait partie des choses qu’on demande à la Ville depuis plusieurs années. Ça reste important que ça soit perçu non pas comme non-genré, mais comme universel. Tout le monde, peu importe son genre, doit avoir accès à ces installations.» -Marie-Pier Boisvert

La Table des groupes de femmes de Montréal (TGFM) considère pour sa part que la décision «fait preuve d’inclusivité et traduit le respect des droits des personnes non genrées ou non binaires».

Doté d’un budget annuel de 20 M$, le plan d’action prévoit une somme de 6 M$ pour «améliorer l’accessibilité universelle» dans 25 bâtiments municipaux. Une somme de 1,5 M$ ira aussi dans des aménagements ludiques dans les corridors scolaires.

Un plan flou sur l’insécurité alimentaire

Alors que Montréal a promis jeudi de développer «d’ici peu» une stratégie municipale de lutte contre l’insécurité alimentaire, très peu de choses sont jusqu’ici connues sur l’intention de la Ville.

«La place de l’agriculture urbaine va être comprise là-dedans, c’est certain», s’est contentée de répondre Nathalie Goulet. Elle dit ne pas vouloir «présumer» ce que les partenaires réunis choisiront de faire.

Le porte-parole de l’opposition officielle en itinérance, Benoit Langevin, a déploré un «plan d’inaction» de l’administration. «Autant pour la lutte à la pauvreté que pour l’insécurité alimentaire pour laquelle Projet Montréal propose encore un autre rapport, ce n’est pas digne d’un plan d’action réfléchi», a-t-il dit.