Élections fédérales 2019

Le PLC appuierait un éventuel prolongement du REM vers l’est de Montréal

Le PLC appuierait un éventuel prolongement du REM vers l’est de Montréal
Photo: Courtoisie - PLCJonathan Plamondon et Soraya Martinez, candidats du PLC.

S’il est réélu, le Parti libéral du Canada (PLC) appuierait la construction d’un mode de transport «structurant» liant Pointe-aux-Trembles au centre-ville sur l’axe Notre-Dame. Celui-ci pourrait prendre la forme d’un prolongement du Réseau express métropolitain (REM).

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) étudie actuellement ce scénario à la demande du gouvernement provincial. La mesure ferait compétition au tramway et à la «ligne rose» du métro.

En entrevue à Métro, deux candidats libéraux ont affirmé vouloir «créer un momentum» entourant la mobilité et le développement dans le secteur.

«On voit bien ce que le REM a fait dans l’ouest, explique à Métro la candidate du PLC dans Hochelaga, Soraya Martinez. Les gens veulent s’installer tout près des stations. C’est un peu la même dynamique dans l’est. Si on veut développer, ça va passer par le transport.»

Peu importe sa nature, ce nouveau système de transport devra intégrer une branche qui se rendra jusqu’au cégep Marie-Victorin, croit le candidat pour la circonscription Pointe-de-l’Île, Jonathan Plamondon. «Pour un étudiant à Pointe-aux-Trembles, c’est très compliqué d’aller à ses cours», illustre-t-il.

Des incitatifs plus soutenus

Le duo appuie le prolongement du Service rapide par bus (SRB) Pie-IX jusqu’à la rue Notre-Dame et plaide pour une augmentation du nombre d’autobus, afin d’éviter la rupture de service sur les lignes déjà existantes.

«Il y a beaucoup de lignes dans l’est de Montréal qui peuvent être plus performantes, avec une plus grande fréquence et une meilleure coordination. On peut penser à la rue Sherbrooke, qui a une desserte assez efficace mais qui peut être améliorée.» -Jonathan Plamondon

Sa collègue Soraya Martinez abonde dans le même sens. Elle estime que la seule façon de soulager le réseau de métro «à saturation» est d’optimiser les systèmes de transport complémentaires, comme le REM.

«C’est impossible de penser qu’on soit capable d’augmenter l’offre dans le métro. On l’a vu avec Laval, avance-t-elle. La réfection de Notre-Dame, c’est ça qui va désengorger la ligne verte.»

Des analyses toujours en cours

Appelée à réagir, la porte-parole au Ministère des Transports du Québec (MTQ), Sarah Bensadoun, indique que l’étude de la CPDQ sur l’est de Montréal «est toujours en cours de production». Des résultats devraient être publiés au courant de 2020.

«On ne parle pas nécessairement d’un prolongement du REM, mais c’est une des options étudiées. On veut surtout regarder quel serait le choix le plus rapide et efficace.» -Sarah Bensadoun

Pour l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, la meilleure option demeure «un tramway, tout en assurant une intégration harmonieuse», a confié l’une des porte-paroles, Catherine Barbeau.

S’il est «difficile» de se prononcer sur les scénarios envisageables en vue d’un nouveau lien structurant, il faut continuer de promouvoir le développement du transport en commun «partout à Montréal», estime l’administration Plante.

«On vise toujours plus de mobilité, que ce soit dans l’ouest, l’est, le nord ou le sud», indique l’attachée de presse de la mairesse, Geneviève Jutras.

Jointe par Métro, la ministre déléguée aux Transports, Chantal Rouleau, avance que l’est de Montréal a «trop longtemps été oublié» et que la région «n’a pas connu de grands projets porteurs pour sa mobilité active» ces dernières années.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, demande au pallier fédéral de laisser trancher les acteurs impliqués. «Ce n’est pas une juridiction du gouvernement canadien. Je ne sais plus dans quelle langue leur dire de se mêler de leurs affaires. Envoyez l’argent à Québec, puis Québec s’entendra avec Montréal», martèle-t-il.

Le porte-parole de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), Simon Charbonneau, souligne que si un lien structurant vient s’ajouter dans l’est, une «révision des services» devra être réalisée pour «optimiser la desserte du territoire».