Montréal

Maestria: trois étages de plus pour avoir la plus haute tour résidentielle de Montréal

Maestria: trois étages de plus pour avoir la plus haute tour résidentielle de Montréal
Photo: Courtoisie, Devimco

La bataille des constructeurs immobiliers se poursuit à Montréal. Les promoteurs de Maestria ont revu à la hausse la hauteur d’une des deux tours de ce projet, qui comptera finalement 61 étages. Elle deviendra ainsi la plus haute tour résidentielle de la métropole.

«On va mener d’autres vraies batailles, celle-là, elle est réglée», a affirmé jeudi le président de Devimco, Serge Goulet, en marge d’une pelletée de terre symbolique.

Ce dernier a assuré qu’une des tours du projet Maestria, situé à l’angle des rues Sainte-Catherine et De Bleury, sera la plus haute tour résidentielle de Montréal. Elle devrait atteindre 198 mètres de hauteur, ce qui respecte la limite autorisée par l’arrondissement Ville-Marie, qui est de 200 mètres.

Ce projet immobilier est situé près du Quartier des spectacles, sur le site de l’ancien Spectrum, démoli en 2008. La facture de ce développement immobilier, auquel contribue aussi le Fonds immobilier de solidarité FTQ, est évaluée à plus de 700 M$.

Toujours plus haut

La hauteur du projet a été révisée à plusieurs reprises dans la dernière année. Lors de l’annonce du projet, en novembre 2018, les deux tours devaient respectivement avoir 51 et 53 étages. Puis, en février, le projet soumis pour approbation par l’arrondissement comprenait plutôt des tours de 55 et 58 étages. Celles-ci comporteront finalement 57 et 61 étages, selon les informations présentées jeudi.

De nombreux projets qui rivalisent en hauteur sont en cours actuellement à Montréal. Parmi ceux-ci, on compte le 1 square Phillips, du Groupe Brivia, ainsi que Victoria sur le parc, qui comptera 58 étages. Son promoteur, Broccolini, comptait d’ailleurs en faire la plus haute tour résidentielle de la métropole.

M. Goulet a toutefois affirmé que la réalisation de la plus haute tour n’était pas son objectif premier.

«On se bat surtout pour faire un bon produit que les gens vont apprécier», a-t-il affirmé.

Ça semble d’ailleurs être le cas puisque 75% des 438 condos de la première tour ont déjà été vendus. Les ventes réalisées à ce jour dans la deuxième tour, qui n’est encore qu’une maquette, n’ont pas été dévoilées, mais celles-ci sont «bien au-delà» des attentes du promoteur, a indiqué M. Goulet.

Les deux tours seront reliées au niveau des 26e et 27e étages par une passerelle aérienne qui sera, aux dires du promoteur, «la plus haute passerelle dans un édifice résidentiel au Québec».

Une panoplie d’autres aménagements sont aussi prévus sur le site, dont des espaces verts extérieurs, une salle d’entraînement et des stationnements intérieurs.

Le début officiel des travaux est prévu d’ici quelques semaines. Les premiers locataires devraient être accueillis dès l’été 2022, tandis que la fin du chantier est prévue en 2023.

Abordable, mais pas social 

Le projet immobilier comptera au total 1750 unités. Les deux tiers de ces unités seront des condos, tandis que des appartements de tailles diverses complèteront l’offre. Le prix moyen de ces unités sera de 440 000$.

«On est dans la moyenne [de prix] des grandes tours de 150 mètres et plus», a affirmé Serge Goulet.

Le promoteur, qui s’est engagée à construire 20% de logements abordables sur le site, n’a toutefois prévu aucun logement social pour le projet Maestria. Devimco et le Fonds immobilier de solidarité FTQ ont remis 10,1 M$ à l’arrondissement en février dernier pour financer la réalisation de logements sociaux et communautaires dans Ville-Marie.

Contactée par Métro, l’attachée de presse du comité exécutif, Laurence Houde-Roy, a indiqué que les discussions se poursuivent pour déterminer dans quels projets ces fonds seront investis.

Rien n’obligeait le promoteur à inclure des logements sociaux dans le projet Maestria, qui est de plein droit.

Le règlement d’inclusion de la Ville obligera dès 2021 tous les projets immobiliers de cinq logements ou plus à contenir 20% de logements sociaux. Les promoteurs pourront toutefois s’exclure de l’application de ce règlement en léguant des terrains gratuitement à la Ville ou encore en lui remettant une contribution financière.