Ahuntsic-Cartierville

L’Hôpital du Sacré-Cœur cesse de prélever les organes

L’Hôpital du Sacré-Cœur cesse de prélever les organes
Photo: Archives/TC MediaLe Centre de prélèvement d’organes de l’Hôpital du Sacré-Cœur, fermé depuis vendredi, a procédé à plus de 1000 prélèvements en six ans.

Après six ans d’activités, le Centre de prélèvement d’organes (CPO) de l’Hôpital du Sacré-Cœur, situé à la frontière des arrondissements Saint-Laurent et Ahuntsic-Cartierville, a cessé ses activités le vendredi 11 octobre.

Le ministère de la Santé aurait proposé aux médecins, la semaine dernière, le même forfait que leurs collègues des autres centres en province. Ils auraient toutefois refusé cette importante baisse de leurs honoraires, ce qui a mené à l’arrêt des activités.

L’unité détient une salle opératoire spécifique aux dons d’organes avec deux lits et une équipe de quelque 250 personnes incluant des internistes-intensivistes, des infirmières, des inhalothérapeutes et des pathologistes. Depuis juin 2013, ils ont réalisé plus de 1000 prélèvements.

«La ministre Danielle McCann doit absolument reculer, a fait savoir la députée libérale de Saint-Laurent, Marwah Rizqy. Elle ne saisit pas les impacts».

La députée d’Acadie Christine Saint-Pierre abonde dans le même sens. «Ça dépasse l’entendement», soutient-elle.

Pressions

L’ancien ministre de la Santé au gouvernement libéral, Gaétan Barrette, a expliqué avoir subi des pressions au cours de son mandat pour fermer le Centre. «Il y avait des guerres d’ego, des guerres d’accès à une certaine rémunération entre les médecins», dit le député de La Pinière.

Le budget de fonctionnement défrayé par Québec est de 1,4 M$ annuellement.

Dans l’ensemble du Québec, on compte neuf CPO, dont celui de HSCM et des centres universitaires de McGill et de Montréal. Ailleurs, pour prélever des organes, il faut attendre que des blocs opératoires se libèrent, entraînant de plus longs délais, et où des chirurgies peuvent parfois être annulées. C’est Transplants Québec qui coordonne les services.

Le CPO de Sacré-Cœur desservait depuis six ans un territoire de 850 000 personnes, s’étendant jusque dans la région des Laurentides.

Tout comme le CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal, la ministre Danielle McCann n’avait pas donné suite à nos demandes d’entrevues au moment de publier.