Montréal

Chantiers: la STM lance une campagne pour apaiser la frustration

Chantiers: la STM lance une campagne pour apaiser la frustration
Photo: iStockPour la première fois depuis près de neuf ans, la STM traversera le petit écran afin de «marquer le coup et montrer l’importance» de cette sortie publique.

La Société de transport de Montréal (STM) a lancé lundi une campagne majeure de visibilité pour promouvoir l’impact qu’auront ses grands travaux sur la mobilité. La frustration de certains usagers à l’égard des chantiers et des retards est de plus en plus palpable.

«De dire qu’on veut calmer la grogne, c’est peut-être un peu fort, mais c’est certain qu’on est très conscients des impacts des travaux sur les déplacements. On veut amener nos clients à se projeter dans un futur très proche où les projets auront été réalisés», explique à Métro le porte-parole de la société de transport, Philippe Déry.

Installation d’ascenseurs, mise sur pied d’aménagement pour les 300 nouveaux hybrides en 2020, SRB Pie-IX ou prolongement de la ligne bleue: ce ne sont effectivement pas les projets qui manquent à la STM. L’organisation prévoit dépenser près de 16 G$ sur dix ans dans ses infrastructures, dont 1,5 G$ seulement cette année.

«C’est une bonne nouvelle d’avoir autant d’innovation, mais ça vient aussi bouleverser les habitudes des gens. Un centre de transport, par exemple, ça veut dire des travaux majeurs qui ont des impacts sur les riverains.» -Philippe Déry

D’ailleurs, la STM n’écarte pas la possibilité d’augmenter son budget d’infrastructures et d’opération avec le temps. «Avec l’expansion du réseau, la STM prend aussi de l’expansion, illustre Philippe Déry. C’est sûr que nos dépenses pourraient être amenées à augmenter.»

En grande entrevue au Métro en janvier dernier, le président de la société, Philippe Schnobb, avait affirmé que la dynamique de financement a complètement changé depuis l’arrivée de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM). «On est dans une dynamique de croissance. L’arrivée des 300 bus a un effet sur le budget, et on le voit venir», a-t-il indiqué.

Une nouvelle mouture du Plan particulier d’intervention (PPI) de la STM doit paraître prochainement.

STM: des plaintes en hausse l’été

Rappelons que la STM a enregistré l’été dernier une hausse de 7,5% des plaintes de ses usagers par rapport à l’été 2018. C’est qu’entre les deux périodes, l’achalandage avait lui aussi grimpé de 3,9% dans le métro et dans les bus.

«Plus on a de gens qui utilisent notre réseau, plus ces gens-là peuvent être exposés à une problématique, d’autant plus que le réseau bus est souvent directement affecté par les chantiers routiers, juge le responsable. La campagne comme telle n’a cela dit aucun lien avec cette hausse de plaintes. C’était déjà prévu.»

Pour la première fois depuis près de neuf ans, la STM traversera le petit écran afin de «marquer le coup et montrer l’importance» de cette sortie publique.

Des publicités de la campagne, ayant pour thème «Des idées qui nous transportent», seront entre autres diffusées sur TVA et Radio-Canada dès lundi soir. Un volet anglophone aura aussi lieu plus tard ce mois-ci.

Le site STMProjets.com a aussi été lancé en début de semaine. Il recense une quarantaine de projets sur une carte interactive. Avec pour objectif de permettre au citoyen de voir concrètement quels projets sont en cours pour combler quels besoins, et quand ils se termineront.

Différentes formes d’affichages pourront aussi être observées dans le réseau de métro et dans les bus de la STM, dès mardi.