Montréal

Une murale en solidarité avec les protestations internationales

Une murale en solidarité avec les protestations internationales
Photo: Action Free Hong Kong MontréalLa murale est située au 2140, rue Grand Trunk, dans Pointe-Saint-Charles.

Une nouvelle murale soulignant les valeurs canadiennes orne désormais le mur du 2140, rue Grand Trunk, dans Pointe-Saint-Charles, près du métro Charlevoix.

La création est le fruit du travail de cinq artistes et activistes qui souhaitent apporter un vent d’optimisme dans la métropole alors que l’actualité des derniers mois se veut pessimiste à l’égard des droits et libertés dans le monde.

Photo: Action Free Hong Kong Montréal

La peinture du nom de «We Connect», réalisée sur un mur libre de droits pour les artistes, a été finalisée samedi après une première partie le 3 novembre dernier par le groupe Action Free Hong Kong Montréal. Des membres de McGill Students in Solidarity for Palestinian Human Rights, le Chili s’est réveillé Montréal et des représentants de la France ont également contribué à sa création.

«C’est merveilleux que le Canada fournisse ce genre d’espace pour que les citoyens puissent s’exprimer librement, autant d’un point de vue artistique que politique», se réjouit une participante qui souhaite être citée sous son nom d’artiste, Pomelo.

«À Hong Kong, on pourrait se faire arrêter et battre par la police juste pour ça», fait-elle remarquer.

C’est d’ailleurs pourquoi la murale se veut davantage une «célébration» qu’un outil de revendications, insiste Pomelo.

«We Connect porte sur les liens entre les humains, sur ce que nous pouvons faire ensemble pour contrer la brutalité et les oppressions auxquelles nous sommes confrontés», souligne l’artiste et porte-parole de Action Free Hong Kong Montréal, qui estime que «les belles choses méritent aussi notre attention» dans l’espace médiatique.

Une oeuvre artistique et politique

Alliant à la fois la peinture et le collage, l’oeuvre contient entre autres l’image de «Lihkg Dog» et de «Lihkg Pig», les mascottes des manifestations ayant lieu à Hong Kong contre le projet de la loi visant à autoriser les extraditions vers la Chine et pour l’instauration d’un suffrage universel. Ces deux icônes sont tirées du forum hongkongais LIHKG, abondamment utilisé par les jeunes manifestants pour discuter des stratégies entourant les protestations.

Photo: Action Free Hong Kong Montréal

Un manifestant tenant un parapluie a également été illustré en référence à «la Révolution des parapluies», un autre mouvement de contestation qui a eu lieu à Hong Kong en 2014, de même que l’inscription #WeConnect.

«We Connect est un terme qui décrit ces beaux moments d’empathie mutuelle qui transcendent les nationalités et les religions. Il témoigne de la solidarité et du soutien de tous les différents peuples qui luttent pour la liberté dans le monde entier», explique Pomelo.

Dans l’objectif de créer une murale «plus globale», des figures liées aux contestations irakiennes, catalanes, chiliennes, libanaises, algériennes et mexicaines qui ont eu lieu dans la dernière année ont également été peintes.

«Les gens de ces communautés qui sont établis au Québec peuvent se sentir démunis face à ce qu’il se passe dans leur pays. […] Nous voulons leur démontrer qu’ils ne sont pas seuls et qu’ils ont des alliés», fait valoir la porte-parole de Action Free Hong Kong Montréal.

Par ailleurs, les passants pourront remarquer une illustration de Marguerite Bourgeoys, «une figure importante de Pointe-Saint-Charles qui a contribué à l’éducation et à la lutte contre la pauvreté», raconte l’artiste montréalaise, ainsi qu’un hommage aux communautés autochtones. «C’était très important pour moi parce qu’ils sont sous-représentés au pays», ajoute-t-elle.

Les citoyens sont invités à contribuer à l’oeuvre en y inscrivant un message positif.