Montréal
11:39 14 novembre 2019

Inondation dans le métro: plus de 200 résidences privées d’eau

Inondation dans le métro: plus de 200 résidences privées d’eau
Photo: Josie Desmarais/MétroLe service devrait reprendre vers 15h sur la ligne orange, selon les dernières informations publiées par la société de transport.

Un bris d’aqueduc s’étant produit près du métro Square-Victoria-OACI a forcé la Ville de Montréal à prendre des mesures d’urgence jeudi. Plus de 200 résidences et six entreprises ont été privées d’alimentation en eau pendant de longues heures. La Ville a assuré qu’elle «sera en contact» avec les personnes qui ont été touchées.

Une conduite d’eau endommagée d’environ 12 pouces serait à l’origine de l’incident qui a paralysé la ligne orange jusqu’à environ 13h. Elle a rapidement été colmatée par des employés de la Ville, en début de matinée.

L’incident était «isolé», d’après l’administration. Autrement dit, rien ne laisse croire qu’il y avait un lien de cause à effet avec d’autres tuyaux d’alimentation du réseau.

«On pense avoir trouver le problème. Et pour colmater cette brèche-là, nécessairement il a fallu couper l’eau», a expliqué la mairesse de Montréal, Valérie Plante, lors d’une mêlée de presse en avant-midi.

Des images saisissantes de l’infiltration d’eau dans le métro ont circulé en matinée jeudi. La Ville, qui a soutenu que la situation était «sous contrôle», a demandé aux usagers d’être patients, et de prêter une attention particulière aux informations sur l’état du réseau tout au long de la journée.

Plus de peur que de mal

Le service a repris graduellement sur la ligne orange un peu après midi. La station Square-Victoria-OACI est toutefois demeurée fermée pour une bonne partie de la journée.

«C’est sûr qu’il y a un certain défi technique à sortir l’eau, parce que la station est très profonde. On est dans un quartier très dense. Il s’en passe des choses dans le sous-sol du centre-ville.» -Valérie Plante, mairesse de Montréal

Les équipements électriques du réseau de métro ainsi que les rails de trains ont malgré tout été préservés, d’après le directeur général de la Société de transport de Montréal (STM), Luc Tremblay.

«On a réussi à créer un espèce de corridor d’eau qui nous permet de mettre moins d’eau sur la voie. Il y a encore un peu, mais beaucoup moins qu’en station», a-t-il illustré. Environ deux pieds d’eau se sont accumulés dans le métro au courant de la journée, selon lui.

Mystère sur la cause dans le métro

Interpellée sur les causes du bris d’aqueduc à l’origine de cette infiltration d’eau, Valérie Plante n’était pas en mesure d’en préciser leur nature, jeudi.

«On est en train de creuser pour voir ce qui s’est passé. Est-ce que c’est une fissure? On ne peut pas vous dire ce qui s’est passé avec la conduite pour le moment», a-t-elle avancé.

Une fois que tous les travaux nécessaires auront été effectués, la Ville sera en mesure de fournir davantage d’informations à la population, selon elle.

D’après l’assistant directeur au soutien opérationnel du Service des incendies de Montréal (SIM), François Lefebvre, six équipes dédiées se sont affairées «à limiter les dégâts qui se dirigeraient vers le métro». Des sacs de sables et des madriers ont entre autres été utilisés pour bloquer l’eau.

«On a des équipements spécialisés, donc des pompes à grand débit, qui s’en viennent pour être en mesure de sortir l’eau, a-t-il dit. On doit limiter la propagation.»

La STM estime qu’entre 350 000 et 400 000 usagers ont été affectées par l’arrêt de service. Un peu moins d’un million de personnes utilisent le métro de Montréal au quotidien pour effectuer leurs déplacements.

Des services de navettes par bus ont été déployés, alors que des wagons supplémentaires ont aussi été ajoutés sur la ligne verte.