Montréal

Montréal demande de nouveau à Ottawa d’interdire les armes de poing à l’échelle du pays

Montréal demande de nouveau à Ottawa d’interdire les armes de poing à l’échelle du pays
Photo: iStock

La Ville a réitéré lundi soir sa demande à Ottawa d’interdire la possession privée d’armes de poing à l’échelle du pays. Elle lui demande par ailleurs de mettre en place un programme national de rachat volontaire de ce type d’armes.

Les élus du conseil municipal ont adopté à l’unanimité lundi soir la version amendée d’une motion d’Ensemble Montréal. Celle-ci demande que la Ville «réitère au nouveau gouvernement fédéral l’urgence d’interdire les armes d’assaut et les armes de poing au Canada et qu’elle souligne l’importance de maintenir cette compétence au niveau fédéral».

En campagne électorale, le Parti libéral du Canada s’est engagé à interdire la vente d’armes d’assaut de type militaire. En ce qui a trait aux armes de poing, cependant, Ottawa préfère refiler cette responsabilité aux villes.

«La solution présentée en campagne n’était pas adéquate et même contre-productive», a affirmé à Métro le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez.

Un constat qu’a partagé lundi soir en séance du conseil municipal le président de la Commission de la sécurité publique de la Ville, Alex Norris.

«Nous savons que c’est une approche qui ne fonctionnera tout simplement pas. C’est inconcevable de se fier à un ensemble disparate de règlements municipaux à l’échelle du pays pour venir à bout de ce phénomène», a déclaré l’élu de Projet Montréal.

La motion réclame en outre «la cessation immédiate de l’importation et de la fabrication des armes de poing et des armes d’assaut au Canada».

«Avec l’anniversaire de Polytechnique, nous pensions que c’était important de relancer ce débat au niveau national et nous sommes heureux d’avoir l’appui de l’administration», s’est réjoui M. Perez.

Cette motion, qui a reçu l’appui de l’organisme Polysesouvient, souligne d’ailleurs le féminicide qui a couté la vie à 14 jeunes femmes le 6 décembre 1989 dans les murs de l’établissement d’enseignement.

Programme de rachat

La version originale de cette motion demandait à la Ville de créer un programme de rachat des armes à feu, emboîtant ainsi le pas à Toronto. Le document a toutefois été modifié lundi soir à la demande de l’administration Plante pour réclamer plutôt que ce programme soit mis en place par le gouvernement fédéral.

Une modification qui ne déçoit pas M. Perez.

«C’était important pour nous qu’il y ait un programme de rachat. Tout en travaillant avec le gouvernement fédéral pour qu’il y ait une interdiction des armes de poing, si on peut retirer certaines armes de la circulation, ce serait bien», a déclaré l’élu.

Une demande réitérée

L’an dernier, la Ville a adopté à l’unanimité une motion demandant à Ottawa d’interdire la possession des armes de poing et des armes d’assaut dans l’ensemble du pays, sauf pour les policiers et les membres des Forces armées. Cette demande avait alors reçu l’appui de la Fraternité des policiers et policières de Montréal.

 «Je suis convaincu que si nous adoptons à l’unanimité cette motion, cela aura un impact au niveau fédéral», a affirmé M. Norris lundi.