Montréal
15:30 24 novembre 2019 | mise à jour le: 25 novembre 2019 à 12:41

Crime haineux: une jeune femme ignorée par les policiers

Crime haineux: une jeune femme ignorée par les policiers
Photo: Emmanuel Leroux-Nega/MetroNouhaila avait 18 ans lors de l'incident au Waltmart cet été.

Une femme de 19 ans, originaire du Maroc, dit avoir été victime d’un crime haineux dans le cadre de son travail de caissière dans un Walmart de l’est de Montréal. À la suite d’un appel qu’elle a fait au Service de police de Montréal (SPVM), elle a fait l’objet d’une enquête criminelle parce que les policiers du poste de quartier 48 ont refusé de la croire, dit Nouhaila, qui avait 18 ans lors de l’incident. Pour la première fois, elle accepte de témoigner à visage découvert.

« T’es qu’une sale Arabe »

 

Le 28 juin dernier, une cliente du magasin s’est jetée sur Nouhaila en lui agrippant fortement les bras et en la secouant, affirme-t-elle. Elle lui a ensuite demandé son nom. Lorsqu’elle lui a répondu qu’elle s’appelait Nouhaila, la cliente du Walmart situé sur l’avenue de Granby lui a rétorqué: «T’es qu’une o*ti de sale arabe, décr*isse chez vous!». La cliente l’a aussi menacée de lui «cr*sser une claque». Cette dernière a essayé de lui jeter une caisse d’eau sur la tête avant que des employés du magasin interviennent pour la protéger, dit-elle.

«Je me sentais très humiliée parce qu’il y avait plusieurs clients autour de nous et plusieurs riaient de la situation. Certains ont sorti leur téléphone pour filmer, mais personne n’a réagi. Personne n’a rien fait» explique la jeune femme rencontrée à son domicile.

Nouhaila a donc décidé d’appeler la police. La cliente aurait alors quitté le magasin. Lorsque la police est arrivée sur les lieux, les agents lui ont appris que la cliente avait aussi rapporté l’événement. Selon Nouhaila, les policiers étaient biaisés et l’ont découragée de porter plainte. Une policière lui aurait aussi précisé qu’elle pourrait aller en prison si elle portait plainte contre la cliente.

Plusieurs témoins étaient présents, mais ils n’ont pas tous été interrogés par les policiers, explique Larbi, un ancien employé du magasin. «Il y avait moi, Rania et une autre employée aussi prénommée Nouhaila qui avons vu l’incident. Les policiers m’ont interrogé, mais ils n’ont pas voulu parler aux autres témoins, qui sont aussi des Arabes» ajoute-t-il. «C’est comme si à leurs yeux, les témoins arabes n’étaient pas pris en considération», explique-t-il.

Crime haineux ou propos racistes

Aujourd’hui, avec l’appui du Centre de recherche-actions sur les relations raciales (CRARR), Nouhaila a porté plainte contre les policiers de la Ville de Montréal. Elle leur reproche leur comportement négligent. «Ils ont essayé de me convaincre que le problème venait de moi», soutient-elle. Les policiers du poste de quartier 48 lui auraient dit qu’elle ne pouvait pas porter plainte pour des propos racistes.

D’après le directeur du CRARR, Fo Niemi, ces informations sont fausses. Si on ne peut pas porter une plainte criminelle pour des propos racistes, on peut porter plainte au civil. Selon M.Niemi, dans ce cas précis, la police doit tenir compte des propos haineux comme motivation de l’acte physique. Il estime que Nouhaila aurait pu porter plainte pour agression physique à caractère haineux et donc pour crime haineux.

Malgré de nombreux appels faits au poste de police ainsi qu’au service des communications, le SPVM a refusé de nous accorder un entretien avec les trois policiers concernés et de répondre à nos questions en lien avec cet événement.

La jeune femme croit également que l’administration du Walmart n’a pas réagi suffisamment pour la protéger. Avec le soutien du CRARR, elle souhaite aussi porter plainte contre son ancien employeur. Celui-ci lui a seulement demandé de «rester très polie avec la cliente» si elle revenait au magasin.

Des effets psychologiques

Depuis l’événement, la jeune femme doit consulter un psychologue, car elle dit souffrir d’un syndrome post-traumatique. Elle a souvent des crises d’anxiété et elle ne travaille plus chez Walmart, son psychologue ayant jugé qu’il s’agissait désormais d’un environnement malsain pour elle, raconte Nouhaila.

«Après ce qui s’est passé, je n’ai plus confiance à la police. J’ai peur que des gens malveillants s’en prennent à moi, je vis dans la peur», témoigne-t-elle.

«Je trouve que je suis trop jeune pour vivre ça. À 18 ans, je devrais vivre de beaux moments avec mes amis et non pas m’enfermer sur moi-même pendant trois mois, pleurer et faire des crises d’angoisse à cause d’un crime haineux que j’ai vécu et pour lequel je n’ai reçu aucune protection».

Articles similaires