Montréal

«Téo 2.0»: le retour des taxis électriques au printemps 2020?

«Téo 2.0»: le retour des taxis électriques au printemps 2020?

Le président et chef de la direction de Quebecor, Pierre Karl Péladeau, a laissé entendre mardi que des taxis électriques de Téo Taxi pourraient faire leur apparition sur les routes de la métropole dès l’an prochain.

«On travaille actuellement sur le projet. On pourrait appeler ça Téo 2.0. D’ailleurs, j’ai une rencontre avec mes collaborateurs demain après-midi», a indiqué le magnat de la presse mardi matin en entrevue avec Paul Arcand au 98,5 FM.

L’influent homme d’affaires a ensuite précisé qu’il préférait attendre le retour du beau temps avant de mettre des taxis électriques sur la route qui porteront le nom de Téo Taxi.

«Je ne crois pas que ça va être en janvier ou en février. Ce n’est pas nécessairement le meilleur moment», a-t-il dit. Il a ensuite ajouté que ce projet pourrait se concrétiser «au printemps». 

M. Péladeau devra s’attendre à ne pas avoir le monopole des taxis électriques dans la métropole. La société E-Taxi, qui avait aussi déposé une offre en avril dernier pour acquérir Taxelco, a reçu la semaine dernière 25 taxis électriques chinois. D’ici deux ans, l’entreprise entend en importer pas moins de 2000.

Pierre Karl Péladeau s’est pour sa part engagé, en juin dernier, de convertir 1500 véhicules de sa flotte de taxis à l’électricité d’ici 2030.

La débandade de Téo Taxi

En avril dernier, Pierre Karl Péladeau a fait l’acquisition de Taxelco, qui regroupe les services de répartition Taxi Diamond, Taxi Hochelaga ainsi que les technologies de Téo Techno.

La société, créée en 2015 par l’homme d’affaires Alexandre Taillefer, avait fait faillite en janvier dernier en raison d’une situation financière périlleuse. Cette mésaventure avait entraîné la mise à pied des 450 chauffeurs de Téo Taxi.

La concurrence exercée par la multinationale Uber avait notamment été montrée du doigt pour justifier cette débandade. Le gouvernement Legault a depuis adopté en octobre dernier son projet de loi sur la déréglementation de l’industrie du taxi. Celui-ci abolit l’obligation pour les chauffeurs de taxi de détenir un permis d’opération.

«J’ai hâte de voir des Téo dans les rues», a commenté M. Taillefer dans un bref message envoyé à Métro