Montréal
17:40 15 décembre 2019

Après un accident impliquant un bambin, des citoyens appellent à revoir le Code de la sécurité routière

Après un accident impliquant un bambin, des citoyens appellent à revoir le Code de la sécurité routière
Photo: Pablo Ortiz/MétroUn rassemblement a eu lieu au croisement de Hutchison et de Saint-Joseph, dimanche, pour exiger une révision du Code de la sécurité routière.

Moins de deux semaines après un accident de la route qui a plongé un enfant de trois ans dans le coma, des citoyens tirent la sonnette d’alarme. Ils souhaitent une révision du Code de la sécurité routière (CSR) et une meilleure application des règles par les policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Le 6 décembre, un bambin s’est fait frapper par un véhicule utilitaire sport au croisement de la rue Hutchison et du boulevard Saint-Joseph. L’enfant est aujourd’hui dans un état stable.

La collision a incité quelques dizaines de personnes à se réunir dimanche après-midi sur les lieux de l’incident. Ils lancent un cri du coeur et exigent de revoir le cadre réglementaire.

Cette année, 23 décès de piétons sont survenus dans les rues de Montréal, selon le SPVM. L’an dernier, les policiers en ont comptabilisés 18, ainsi que 87 blessures graves.

Nicolas Vézeau, citoyen derrière le mouvement de solidarité, était accompagné dimanche du Dr Alain Vadeboncoeur, qui a lancé il y a un mois une pétition en vue de tripler les amendes pour ceux qui ne respectent pas l’arrêt au passage piéton. Depuis, la pétition a amassé 10 000 signatures.

«En médecine, on parle toujours de décès évitables, a soulevé le Dr Vadeboncoeur, dimanche. Il y a quelque chose de particulier au Québec. On a de la difficulté à respecter les passages pour piétons.»

«Les conséquences doivent être à la hauteur des impacts.» – Alain Vadeboncoeur

Contact avec Québec

Le ministre des Transports, François Bonnardel, a déjà contacté le Dr Vadeboncoeur. Les deux se rencontreront le 20 janvier afin de discuter d’ajustements au CSR.

«Le ministre semble montrer une certaine ouverture», a ajouté le médecin.

Les intersections dangereuses sont dans la mire de la Ville de Montréal. Après une année particulièrement meurtrière en matière d’accident impliquant des piétons, l’administration de Valérie Plante s’est engagée à ajouter des «feux piétons avec décompte numérique» sur toutes les intersections comportant des feux de circulation.

Un secteur dangereux

Plusieurs dizaines de citoyens se sont présentés dimanche à l’intersection de Hutchison et Saint-Joseph. Ils dénoncent une traverse de piéton «dangereuse».

«C’est une route d’accès pour les gens qui vont au centre-ville ou ailleurs. Il y a à peu près cinquante pétitions qui ont été faites [dans le secteur]», observe Lise Martel, une résidante des environs.

Le manque de brigadiers empêche même à la petite Anne-Sophie, 10 ans, «de marcher toute seule vers l’école».

«Il y a plein d’autos, lance l’écolière, qui habite le quartier. Il faut changer quelque chose, parce que sinon, il y a des personnes qui vont finir à l’hôpital. Et c’est vraiment pas le fun.»

Le nouveau maire du Plateau Mont-Royal, Luc Rabouin, concède d’ailleurs que «ça fait 10 ans» que des situations du genre surviennent dans le quartier.

«Le Plateau sécurise ses intersections depuis près de 10 ans. L’intersection dont on parle a été sécurisée», convient le nouvel élu, qui avoue qu’il faut «réévaluer. Installer un feu de circulation, peut-être? […] On va avoir besoin du concours du SPVM, mais on a aussi besoin que les automobilistes fassent leur part.»