Montréal
11:37 21 janvier 2020 | mise à jour le: 21 janvier 2020 à 16:29 temps de lecture: 3 minutes

Reportage sur le crime organisé: Lino Saputo met en demeure Radio-Canada

Reportage sur le crime organisé: Lino Saputo met en demeure Radio-Canada
Photo: Archives | TC MediaLino Saputo a pris sa retraite le 1er août 2017.

L’entrepreneur québécois Lino Saputo enverra une mise en demeure au diffuseur public Radio-Canada, cinq jours après que celui-ci ait diffusé le reportage Les trous de mémoire de Lino Saputo à l’émission Enquête de Radio-Canada, en faisant état de ses liens avec la mafia italienne.

Dans un communiqué rendu public mardi, il indique s’en être remis à ses avocats pour envoyer la mise en demeure dans les plus brefs délais, tant à la société Radio-Canada qu’aux journalistes Gaétan Pouliot, Marie-Maude Denis et Jacques Taschereau.

D’après lui, l’émission Enquête a carrément tenté de le rendre coupable par association. Il accuse le diffuseur d’avoir rapporté des «soi-disant liens» entre la mafia italienne et lui-même.

«Ce reportage m’oblige à réitérer ce que je répète depuis des décennies: je suis une personne intègre et honnête et je l’ai toujours été. Je sais que je n’ai rien à me reprocher et que je ne me suis jamais associé au crime organisé», a également tonné Lino Saputo.

Rappelons qu’en août 2017, le principal intéressé avait annoncé qu’il prenait sa retraite, laissant son entreprise aux mains de son fils, Lino Saputo Jr.

De «vieilles histoires», déplore Saputo

L’Italo-Canadien estime que les faits relevés par Enquête traitent de «situations ayant déjà fait les manchettes et qui remontent à plus de cinq décennies».

«L’essentiel du reportage récupère des vieilles histoires et n’apporte aucun éclairage nouveau» ajoute-t-il.

«Je peux affirmer sans gêne que je suis allé au bout de presque tous mes rêves. Le seul qui ne soit pas complètement concrétisé est de ne pas avoir pu, une fois pour toutes, tourner la page sur ces suspicions à mon égard.» -Lino Saputo

L’homme d’affaires soutient par ailleurs qu’il ne «souhaite plus consacrer d’efforts et d’énergie à me justifier ou à commenter des propos faux et malveillants à mon endroit sur la place publique».

D’autres réactions

Le reportage d‘Enquête a entre autres révélé, rapports de police à l’appui, que M. Saputo a été lié avec plusieurs membres du crime organisé dans les années 70. Dont le chef de la mafia américaine, Joe Bonanno, ainsi que les leaders de la mafia montréalaise, Vic Cotroni et Paolo Violi.

L’automne dernier, M. Saputo avait encore une fois nié ses liens avec la mafia, dans son autobiographie. Il n’a jamais été accusé à proprement parler.

Sur la colline parlementaire, Québec solidaire estime que son titre d’officier devrait être reconsidéré à l’Ordre national du Québec.

Le directeur des relations publiques de Radio-Canada, Marc Pichette, a pour sa part défendu la rigueur du reportage.

«Radio-Canada réitère que ce reportage relève du journalisme d’enquête qui s’appuie sur des faits, a-t-il expliqué.

Articles similaires