Montréal
14:08 27 janvier 2020 | mise à jour le: 27 janvier 2020 à 22:24 temps de lecture: 4 minutes

Harcèlement: Sue Montgomery aurait fait preuve d’«aveuglement volontaire»

Harcèlement: Sue Montgomery aurait fait preuve d’«aveuglement volontaire»
Photo: Zacharie Goudreault/ MétroLa mairesse de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery.

La mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery, aurait fait preuve d’«aveuglement volontaire» à l’égard de sa directrice de cabinet, qui fait l’objet d’allégations de harcèlement psychologique auprès de deux employés de l’arrondissement.

La Ville de Montréal a émis un communiqué lundi pour faire un suivi sur l’expulsion de Mme Montgomery du caucus de Projet Montréal, annoncée vendredi.

Dans une rencontre tenue le 6 décembre, la mairesse d’arrondissement a été informée que les enquêteuses avaient conclu à un «aveuglement volontaire» concernant une des allégations de harcèlement visant sa directrice de cabinet, Annalisa Harris. Du coup, Mme Montgomery est devenue une partie intégrante de l’enquête, souligne la Ville.

La mairesse d’arrondissement a toutefois remis en question lundi le processus d’enquête du contrôleur général, Alain Bond. Elle déplore de ne pas avoir eu accès à la preuve recueillie par celui-ci. Cela l’empêcherait donc de prendre une décision éclairée à l’égard de sa directrice de cabinet.

«Je ne peux pas congédier Mme Harris parce que je vais m’ouvrir à des actions légales [de sa part]», a d’ailleurs avancé à Métro Mme Montgomery. Celle-ci s’est présentée lundi à la séance du conseil municipal à titre d’élue indépendante, tout comme le fait la mairesse Giuliana Fumagalli.

La Ville réplique qu’elle ne pouvait dévoiler plus d’informations à la mairesse d’arrondissement, étant donné qu’elle faisait partie de l’enquête.

«Dans le même rapport, on me dit que la mairesse fait de l’aveuglement volontaire, raison pour laquelle d’ailleurs elle n’a pas eu droit d’avoir une copie», a expliqué la mairesse Valérie Plante dans un point de presse tenu lundi à l’hôtel de ville.

Vendredi dernier, Mme Montgomery a été exclue du caucus de Projet Montréal pour avoir refusé de suivre les recommandations du contrôleur général concernant Annalisa Harris.

Deux victimes

L’enquête de Me Bond a conclu que deux employés de l’arrondissement ont subi du harcèlement psychologique de sa part. Une autre enquête a par ailleurs permis de constater des «manquements importants» concernant le climat de travail dans l’arrondissement, indique la Ville. Le contrôleur général avait déclenché celle-ci en septembre dernier, soit quelques mois après l’embauche de Mme Harris par l’arrondissement.

Devant ces constats, le contrôleur général a demandé à ce que Mme Harris «ne soit plus en contact avec des fonctionnaires». Or, la mairesse d’arrondissement s’obstine à conserver sa directrice de cabinet, bien qu’il soit en son pouvoir de remercier celle-ci. «Jamais!», a-t-elle même lancé à Métro lorsque questionnée sur cette éventualité.

«Je vais trouver quelqu’un d’autre dans mon cabinet qui va pouvoir parler avec ces deux personnes. On va gérer ça», a-t-elle ajouté en référence aux deux présumées victimes de harcèlement. 

Mme Montgomery aurait par ailleurs dévoilé le nom d’une des personnes qui aurait subi du harcèlement psychologique de la part de Mme Harris. Or, ces employés ont le droit à l’anonymat.

«Elle a nommé une des victimes dans le rapport. C’est illégal de faire ça. Ça va à l’encontre des règles de la Ville», a déploré le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez.

«Je suis préoccupée pour les citoyens et citoyennes de l’arrondissement, qui ont voté pour une mairesse afin qu’elle fasse son travail.» -Valérie Plante, mairesse de Montréal

Trouver une solution

Afin de tenter de mettre fin aux comportements problématiques de Mme Harris, l’administration de Mme Plante a proposé de reléguer celle-ci à un autre poste au sein de la permanence de Projet Montréal. Elle aurait eu la responsabilité de préparer le terrain pour les élections municipales de 2021, selon nos informations.

Sue Montgomery aurait toutefois décliné cette offre.

«Elle peut jouer la victime et dire que ce n’est pas de sa faute. Mais au bout du compte, c’est à elle à trouver une solution et à la mettre en place», a laissé tomber Mme Plante au sujet de la mairesse d’arrondissement. 

En 2017, Sue Montgomery était une candidate-vedette de Projet Montréal. Ancienne journaliste au quotidien The Gazette, elle a mené pendant plusieurs années un long combat juridique contre Robert Michael Edgar, qu’elle accusait de harcèlement à son égard.

Articles similaires