Montréal
17:34 3 février 2020 | mise à jour le: 4 février 2020 à 16:36

Centres de tri: le groupe RSC se place sous la protection du tribunal

Centres de tri: le groupe RSC se place sous la protection du tribunal
Photo: Josie Desmarais/MétroLe centre de tri de Lachine a été inauguré en novembre dernier. L'infrastructure appartient à la Ville de Montréal.

Le groupe Rebuts solides canadiens (RSC), qui gère notamment deux centres de tri dans la région de Montréal, s’est placé lundi sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers et les compagnies (LACC), après que le tribunal eut rendu une ordonnance favorable en la matière.

Dans un communiqué, l’entreprise affirme vouloir «poursuivre ses activités le temps nécessaire aux pouvoirs publics d’effectuer une transition sans interruption de service».

Elle ajoute que la procédure permettra à ses équipes de «poursuivre l’exploitation des sites» dans les centres de tri. C’est surtout le contexte de l’industrie, très instable, qui aurait fragilisé les activités de l’entreprise, soutient sa direction.

«Depuis octobre 2019, la crise mondiale du recyclage du papier s’est aggravée avec la fermeture progressive des marchés dans les pays qui constituaient des débouchés traditionnels. Bien que s’agissant d’un service public, le groupe RSC portrait l’essentiel du risque de prix de revente des matières à recycler, notamment le papier.» -Extrait du communiqué de presse

La filiale canadienne du groupe français TIRU ajoute que le retournement «brutal» du marché mondial du papier recyclé «a constitué un coût considérable».

«L’entreprise a subi d’importantes pertes financières au cours des dernières années», affirme-t-on.

La Ville de Montréal «satisfaite»

Appelée à réagir, la porte-parole au cabinet de la mairesse de Montréal, Geneviève Jutras, s’est dite satisfaite du dénouement de ce dossier.

«C’est le scénario que nous avions prévu. Nous sommes satisfaits de savoir que la transition va s’opérer pour les 15 prochaines semaines. Ce qui nous donne assez de temps pour travailler avec de nouveaux joueurs.» -Geneviève Jutras, attachée de presse de la mairesse Valérie Plante

La Ville affirme qu’elle profitera par ailleurs de l’occasion pour «modifier ses pratiques», en plus de discuter avec ses partenaires des avenues possibles pour la suite.

En quittant Montréal, le groupe RSC cessera d’exploiter ses quatre centres de tri dans la province (deux à Montréal, un à Châteauguay et un à Saguenay).

En novembre dernier, la Ville avait dévoilé en grande pompe le nouveau centre de tri des matières recyclables de Lachine, pour lequel elle a investi plus de 45 M$. Comme la Ville est propriétaire des installations, elle devra trouver une nouvelle entreprise pour les exploiter.

La mairesse Valérie Plante refuse de débourser des millions pour sauver les centres de tri de la métropole. Le responsable de l’environnement à la Ville, Jean-François Parenteau, a indiqué que Montréal aura «besoin de l’appui du gouvernement du Québec» pour régler la situation.

Articles similaires