Montréal
11:27 26 février 2020 | mise à jour le: 26 février 2020 à 21:19

Affaire Jean Vanier: l’Arche de Montréal «profondément affecté»

Affaire Jean Vanier: l’Arche de Montréal «profondément affecté»
Photo: AP Photo/Lefteris PitarakisJean Vanier.

Le monde communautaire de Montréal a été choqué cette semaine à la suite d’un rapport accablant faisait récit d’abus sexuels commis par Jean Vanier, figure emblématique et fondateur de l’Arche, un organisme venant en aide aux personnes vivant avec un handicap mental.

«La plupart des gens de notre organisme sont profondément affectés. Ça a créé un gros chaos dans nos vies. M. Vanier était une personne très respectée et cette nouvelle nous a laissés stupéfaits», affirme Alain Ouedraogo, directeur de l’Arche Montréal.

Celui-ci confie être personnellement choqué par les révélations contenues dans un rapport commandé par la maison mère de l’organisme, l’Arche International.

«Je suis très surpris, mais je veux surtout dire que je ressens une grande compassion pour les victimes, qui ont eu le courage d’exprimer ce qu’elles ont vécu. Je condamne sans équivoque les actes qu’elles ont subis», poursuit-il.

Les partenaires de l’œuvre de bienfaisance ont aussi été secoués par l’affaire.

«C’est certain que c’est un choc. Personnellement, la philosophie de Jean Vanier m’a beaucoup influencée, et il est en partie responsable de mon implication dans le milieu, étant moi-même maman d’une fille atteinte de trisomie 21», indique Anik Larose, directrice générale de la Société québécoise de la déficience intellectuelle.

Toutefois, cette dernière souligne que sa confiance dans l’organisme et sa mission n’a pas été détériorée.

«Il y a une grande déception concernant l’homme qu’était M. Vanier, mais pas par rapport à son œuvre. La façon dont l’Arche International a géré cette situation me permet d’affirmer que je n’ai aucun doute sur le sérieux de l’organisme», insiste Mme Larose.

Pour sa part, M. Ouedraogo confie que les prochaines semaines seront dédiées à panser les blessures qu’aura causé cette histoire.

«Nous avons eu une réunion cette semaine avec tous nos membres pour leur expliquer ce qui s’est passé. Nous allons nous assurer que tout le monde est traité dans le respect et nous allons leur permettre de se remettre de toutes ces émotions», indique le directeur de l’Arche Montréal.

Un rapport incriminant

Un article de Radio-Canada a révélé les détails d’un rapport commandé par l’Arche International concernant des allégations d’abus sexuels commis par son fondateur, Jean Vanier.

On y apprend le récit de six femmes non handicapées qui témoignent avoir été victimes de relations sexuelles non consenties entre 1975 et 2000.

À l’origine de cette enquête se trouvent d’autres témoignages collectés à partir de 2014 à propos d’abus sexuels perpétrés par le père Thomas Philippe, partenaire et père spirituel de M. Vanier.

Jean Vanier est décédé en mai 2019, deux mois après le déclenchement de l’enquête à son sujet.

Fondée en 1964, l’Arche est désormais présente dans 38 pays à travers le monde, au travers de 154 communautés et 19 projets dont l’objectif est de venir en aide aux personnes vivant avec un handicap mental.

Articles similaires