Montréal
12:48 10 juillet 2020 | mise à jour le: 10 juillet 2020 à 14:40 temps de lecture: 3 minutes

Port obligatoire du masque: Plante n’a pas attendu la Santé publique

Port obligatoire du masque: Plante n’a pas attendu la Santé publique
Photo: Josie DesmaraisLa mairesse de Montréal, Valérie Plante

C’est sans l’aval de la Direction régionale de santé publique (DRSP) que la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a décidé d’imposer le port du masque dans tous les lieux publics fermés.

C’est ce qu’a confirmé vendredi un expert des autorités régionales de santé publique, Dr David Kaiser. «On n’a pas émis de recommandation comme telle», a-t-il indiqué lors d’un point de presse devant les bureaux de l’organisme.

La DRSP affirme toutefois qu’elle «travaille» avec la Ville pour faire avancer le règlement.

«On a un objectif d’utiliser le couvre-visage comme stratégie de lutte à la pandémie. Mais on a un deuxième objectif, qui est de limiter les impacts négatifs que peuvent avoir des règlements ou des lois», a ajouté Dr Kaiser.

Le masque obligatoire dans les lieux publics fermés, comme les commerces et les restaurants, devrait se faire le 27 juillet, annonçait lundi la mairesse Plante. «La santé publique ayant recommandé l’obligation du port du couvre-visage dans les transports en commun, il n’y avait qu’un pas à franchir ce que nous avons pris la décision de faire», a réagi vendredi l’attachée de presse de la mairesse, Geneviève Jutras.

Pour imposer le port du masque, la Ville de Montréal doit, au contraire du gouvernement provincial, procéder par règlement. À noter que certains médias ont rapporté récemment que Québec prépare une annonce sur l’imposition du masque.

Les autorités provinciales et montréalaises de santé publique recommandent «fortement» le port du couvre-visage, sans l’obliger. Ce n’est que dans le transport en commun que les Québécois auront le devoir de se couvrir le nez et la bouche, à partir de lundi.

D’autres vagues de chaleur à prévoir

Les autorités de santé montréalaise ont par ailleurs amorcé vendredi une tournée des logis habités par des personnes vulnérables de la ville, accablée par la chaleur. Environnement Canada a émis cette semaine un avertissement de chaleur dans la grande région métropolitaine.

Frappée à deux reprises par la chaleur extrême cet été, Montréal a déjà enregistré sept morts liées à la canicule, rapporte la DRSP. Et ces épisodes caniculaires pourraient se répéter plus souvent cette année et dans les prochaines décennies, selon David Kaiser.

«Deux épisodes dans un été, c’est inhabituel. Notre dernier grand épisode de chaleur date de 2018, et avant ça, de sept ans. On sait que la température moyenne va aller en augmentant dans les années à venir», a observé le médecin en santé publique.

Selon lui, les travaux de la Santé publique doivent non seulement se concentrer dans l’intervention auprès des personnes vulnérables, mais aussi «réduire la charge de gaz à effets de serre» et «augmenter la taille des espaces verts».

Articles similaires