Montréal
14:07 8 septembre 2020 | mise à jour le: 8 septembre 2020 à 14:07 Temps de lecture: 4 minutes

REM: une station verra le jour à l’aéroport de Montréal, assure Ottawa

REM: une station verra le jour à l’aéroport de Montréal, assure Ottawa
Photo: Josie Desmarais/ MétroLa ministre du Développement économique, Mélanie Joly.

Une station du Réseau express métropolitain (REM) verra le jour à l’aéroport de Montréal, malgré les défis financiers auxquels fait face le secteur du transport aérien, assure Ottawa.

Cette future station, dont la fin de la construction devrait avoir lieu en 2023, est la seule du projet de train léger qui ne fait pas partie de l’entente de financement de la Caisse de dépôt et placement du Québec et de ses partenaires. Sa réalisation, qui s’inscrit dans un vaste projet d’agrandissement de l’aéroport, dépend ainsi entièrement de sources de financement privées.

Avant la pandémie, cette situation ne posait pas de problème, le secteur du transport aérien connaissant alors en forte croissance. La crise sanitaire a toutefois fait chuter drastiquement les revenus de l’aéroport international. Aéroports de Montréal (ADM), qui a récemment coupé 30% de sa main-d’oeuvre, a donc pressé à la mi-juin Québec et Ottawa de lui accorder un prêt assorti de conditions de remboursement souples afin de lui permettre de concrétiser ce projet dans les temps.

Les discussions stagnent toutefois actuellement entre l’entreprise et les autorités gouvernementales, rapporte le Journal de Montréal mardi. À un point tel qu’ADM prévient que ce projet pourrait ne jamais voir le jour, s’il ne reçoit pas l’aide financière réclamée. Une perspective qui inquiète la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

«La station du REM à l’aéroport, c’est un must. C’est ça qui va faire que ça va être un succès retentissant parce que ça va entre autres soutenir notre économie en offrant un accès direct entre l’aéroport et le centre-ville. Donc, il faut que ça se fasse», a-t-elle martelé mardi avant-midi en marge d’une conférence de presse au Palais des congrès de Montréal.

Le coeur du REM

Interpellée en marge de ce même événement, la ministre du Développement économique, Mélanie Joly, s’est faite catégorique.

«Il va de soi qu’il va y avoir une station du REM à l’aéroport de Montréal. C’est important qu’on puisse avoir un réseau structurant qui permette la liaison entre le centre-ville et l’aéroport, et vice-versa. Ça faisait partie des objectifs du REM», a déclaré l’élue du gouvernement de Justin Trudeau.

«Le secteur aérien fait face à d’immenses défis, pire que lors des attentats du 11 septembre 2001 […] C’est pour ça qu’on a de bonnes conservations et qu’on est en mode solutions», a ajouté Mme Joly. Cette dernière n’a  pas voulu s’avancer sur l’aide financière que pourrait consentir Ottawa à ADM. Elle assure toutefois qu’Ottawa entend soutenir le secteur aérien à travers le pays afin que celui-ci puisse passer au travers de cette crise sanitaire et économique.

«On travaille pour du soutien au niveau aérien dans une optique régionale, mais aussi pour avoir une approche qui est plus globale.» -Mélanie Joly, ministre du Développement économique

La demande d’ADM pour un prêt dans le contexte actuel est pourtant «tout à fait normale» aux yeux du président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

«La station du REM à l’aéroport, elle est fondamentale. La commande qui a été faite à la Caisse de dépôt au jour un, c’était de trouver une solution pour relier directement l’aéroport au centre-ville […] Il ne devrait y avoir aucun doute que ça va se réaliser», estime Michel Leblanc. Il espère donc qu’ADM et Ottawa trouveront un terrain d’entente rapidement afin que ce projet «aboutisse».

«Le REM n’a pas de sens s’il n’y a pas de station à l’aéroport de Montréal parce que c’est l’essence même du projet», a ajouté M. Leblanc.

Articles similaires