Montréal

La santé mentale sur toutes les lèvres à TLMEP

La santé mentale sur toutes les lèvres à TLMEP
Valérie Plante sur le plateau de TLMEP Photo: Capture d'écran - Radio-Canada

Valérie Plante a fait le point sur plusieurs sujets chauds dimanche à TLMEP, notamment au sujet de l’impact de la pandémie sur la santé mentale des Montréalais.

La mairesse de Montréal a d’ailleurs fait écho aux résultats troublants de Dre Mélissa Généreux, aussi invitée pour commenter les répercussions de la pandémie sur la santé mentale des jeunes. La chercheuse a volé la vedette en jetant la lumière sur la vulnérabilité accrue des jeunes, un facteur qui expliquerait leur réticence à suivre les règles sanitaires.

Si on a pu penser que les personnes âgées étaient davantage affectées, quatre jeunes adultes sur dix souffrent présentement d’un trouble d’anxiété généralisée ou de dépression majeure au Québec, selon l’étude menée par l’Université de Sherbrooke. Le personnel de la santé et les anglophones font aussi partie des populations plus fragilisées.

«Les jeunes souffrent et sans la santé mentale, c’est difficile d’avoir une santé globale tout court», avertit Mélissa Généreux. «Dans notre étude, ce n’est pas tant le fait d’avoir été isolé qui a fait le plus de mal, mais plutôt la façon dont on donne un sens à la situation. Il va falloir aller rechercher la confiance de tout le monde pour passer au travers de cette crise-là.»

L’ancienne directrice de la santé publique de l’Estrie a aussi défendu son ex-collègue Horacio Arruda. «J’implore d’être bienveillant envers Horacio. Certaines personnes vont prendre des décisions que vous comprendrez pas, qui seront incohérentes, mais moi je fais le choix de faire confiance envers ses personnes là.»

Montréal, épicentre des pensées suicidaires

Montréal serait d’ailleurs la ville la plus touchée avec une personne sur cinq ayant nourri à un moment ou un autre des pensées suicidaires cette année. Questionnée sur cette réalité, la mairesse a évité la question en soulignant l’importance d’offrir des espaces où les Montréalais «peuvent aller ventiler». Elle dit actuellement travailler sur la façon de garder les parcs ouverts tout en assurant le maintien étroit des mesures de distanciation.

Valérie Plante a mentionné les difficultés rencontrées par les jeunes de Montréal-Nord, où les parcs et les cours d’école sont actuellement fermées. «D’être coincé à la maison, de ne de pas voir leur amis, ça devient tough. On travaille avec la santé publique pour trouver des lieux, des mécanismes pour que les jeunes puissent souffler si on devait entrer dans un confinement complet.»

D’autant plus que le quartier connaît une résurgence de violence dans les dernières semaines. La mairesse a prononcé un discours opposé au joueur de basketball, Lugentz Dort. Natif du quartier, il n’a pas jugé réaliste de fermer les espaces publics.

Elle a laissé la responsabilité au gouvernement fédéral de légiférer. «On voit de plus en plus de gens qui ont accès à des armes, a-t-elle répondu, je ne trouve pas cela normal d’acheter des armes comme ça.» La mairesse exige une présence accrue de la SPVM dans certains quartiers dont Montréal-Nord.

À un an de terminer son mandat, la mairesse ne se sent pas menacée de voir le nom de Denis Coderre circuler de nouveau. «Je suis en forme et je pense que les Montréalais voient à quel point cette ville-là me tient à coeur», a-t-elle conclu.

Articles récents du même sujet