Montréal
17:49 17 novembre 2020 | mise à jour le: 17 novembre 2020 à 17:53 temps de lecture: 3 minutes

Mobilisation pour un travailleur essentiel menacé de déportation

Mobilisation pour un travailleur essentiel menacé de déportation
Photo: Josie Desmarais/MétroUne mobilisation s'est tenue devant les bureaux du Premier ministre Justin Trudeau à Montréal pour pour exiger la régularisation de Mamadou Konaté.

Des citoyens étaient réunis pour manifester leur soutien à Mamadou Konaté, travailleur essentiel menacé de déportation, devant les bureaux du Premier ministre Justin Trudeau à Montréal.

Une vingtaine de personnes se sont réunies mardi pour manifester leur soutien à Mamadou Konaté. Agent d’entretien dans les CHSLD lors de la première vague de la pandémie, M. Konaté était lui-même présent pour témoigner de sa situation précaire.

«Merci à tous ceux qui me soutiennent et merci d’être présents aujourd’hui. Pas seulement pour moi, mais aussi pour toutes les personnes immigrantes qui vivent des situations difficiles», a-t-il souligné.

Toujours menacé de déportation et ayant subi plusieurs semaines de détention, M. Konaté espère obtenir un Certificat de sélection du Québec (CSQ) de la part de la ministre de l’Immigration du Québec, Nadine Girault. Ce document lui permettrait par la suite de régulariser son statut.

Cette demande fait d’ailleurs l’objet d’une pétition mise en ligne sur le site de l’Assemblée nationale et soutenue notamment par Québec solidaire.

«Après avoir travaillé près de cinq ans au Québec, je demande au gouvernement Québécois de la reconnaissance. Je demande aussi à la ministre Mme Girault de mettre en place un programme pour permettre aux travailleurs étrangers de régulariser leur situation», a déclaré M. Konaté.

Pas de réponse de l’immigration

Philippe T. Desmarais, un ami de M. Konaté à l’origine du collectif Solidarité Mamadou, s’est dit déçu de l’absence de réponse des gouvernements provincial et fédéral. S’il remarque un soutien important de la part de la population, il se désole que rien ne soit fait pour aider M. Konaté.

«Nous avons organisé une journée d’appels et d’envoi de courriels au ministre fédéral de l’Immigration Marco Mendicino et à Mme Girault, mais les réponses sont très décevantes», explique M. Desmarais.

Il rapporte n’avoir reçu aucune réponse de la part du ministre fédéral et une réponse «hypocrite» de la part de la ministre provinciale qui se dit impuissante dans cette situation.

Appelé à réagir, le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration s’est dit «sensible» à la cause de M. Konaté.

«Toutefois, les décisions qui le concernent en ce moment relèvent exclusivement du gouvernement fédéral. Le certificat de sélection du Québec ne pourra être remis tant et aussi longtemps que le dossier de monsieur Mamadou Konaté sera en analyse au fédéral», a fait savoir par courriel Flore Bouchon, attachée de presse du cabinet de la ministre de l’Immigration Nadine Girault.

Pourtant, l’avocat de M. Konaté, Me Stewart Istvanffy, rappelle qu’il est bel et bien possible pour la ministre d’intercéder en faveur de son client.

Il se réfère ainsi aux articles 62 et 65 du Règlement sur l’immigration du Québec, selon lesquels la ministre de l’Immigration peut octroyer un CSQ à une personne en situation particulière de détresse ou à un ressortissant étranger demeurant au Québec pour des considérations d’ordre humanitaire.

«Nous espérons que les choses vont évoluer, autant pour Mamadou que pour les autres travailleurs étrangers précaires qui travaillent sans statut légal et sans assurance maladie», a déclaré M. Desmarais.

Articles similaires