Mercier & Anjou
05:00 19 novembre 2020 | mise à jour le: 19 novembre 2020 à 07:03 temps de lecture: 3 minutes

Ligne bleue: les entraves à la circulation doivent être minimisées, selon un rapport

Ligne bleue: les entraves à la circulation doivent être minimisées, selon un rapport
Photo: Josie Desmarais/MétroLes premiers travaux préparatoires au prolongement de la ligne bleue sont déjà commencés. Ceux-ci précèdent l’excavation des tunnels, dont l’échéancier n’a pas encore été annoncé.

La STM devra tout mettre en œuvre pour minimiser les impacts des entraves à la circulation que causera l’important chantier du prolongement de la ligne bleue du métro, selon un rapport rédigé à la suite de la tenue d’une consultation publique.

D’ici 2026, cinq édicules de métro seront érigés entre le boulevard Pie-IX et les galeries d’Anjou, dans l’axe de la rue Jean-Talon, une artère majeure.

«Il est impératif  de prendre toutes les dispositions possibles pour minimiser les impacts négatifs tant au niveau de la construction qu’en ce qui concerne le vivre-ensemble qui s’ensuivra», mentionne notamment le rapport produit par la commission qui présidait la démarche de consultation publique tenue en février et mars derniers.

Parmi les recommandations effectuées par les trois commissaires, on compte le déploiement d’agents de liaison pour assurer la fluidité de la circulation, la réduction des barrières physiques qui pourraient nuire à l’accès aux commerces et aux logements et le maintien de la fluidité des déplacements à son niveau actuel.

Bien que les citoyens semblent enthousiastes quant à la venue du métro, mentionne le document, certaines craintes subsistent encore quant aux désagréments que causeront les travaux.

«Si les citoyens du secteur Pie-IX sont exaspérés de l’envergure et de la durée des travaux liés au SRB Pie-IX, leurs concitoyens des autres secteurs se méfient des cônes orange qui ponctuent la métropole, et d’autres encore appréhendent les travaux à venir sur les autoroutes 40 ou 25. Rien d’étonnant donc que la perspective de nouveaux chantiers suscite méfiance et résistance», note également le rapport.

En parallèle à la publication du rapport des commissaires, la STM a également rendu public son propre plan d’action qu’elle entend suivre pour respecter les recommandations.

Elle y indique en tenir compte et que certaines initiatives proposées étaient déjà au programme.

«La STM œuvre à élaborer des scénarios de maintien de circulation pour la durée des travaux afin de minimiser les impacts pour la clientèle du transport collectif», indique le document de la société de transport.

Le développement du réseau cyclable

Le rapport des commissaires mandatés par la STM contient un total de 43 recommandations. Celles-ci touchent notamment la conception des stations, la toponymie et la réduction des nuisances.

Plusieurs abordent également le besoin de favoriser les déplacements en vélo autour des futures stations.

Les commissaires notent que le vélo est souvent utilisé comme mode de transport actif, et que de nombreux résidents pourraient être tentés de l’utiliser pour se rendre aux futurs édicules de métro.

«Il est important de coordonner la planification du réseau cyclable et le développement des installations de la STM mises en fonction selon cette nouvelle tendance prévisible», note le rapport.

Celui-ci propose, en plus de l’élaboration de pistes cyclables, que des espaces de stationnement pour vélos soient prévus à proximité de certaines des nouvelles stations.

Des recommandations que la STM entend analyser, selon son plan d’action.

L’inauguration des nouvelles stations devrait avoir lieu en 2026.

Articles similaires