Lachine & Dorval
18:25 25 novembre 2020 | mise à jour le: 27 novembre 2020 à 14:22 temps de lecture: 3 minutes

Les élections scolaires anglophones à nouveau retardées

Les élections scolaires anglophones à nouveau retardées
Photo: Daniel Sucar/MétroLa Commission scolaire Lester-B.-Pearson verra quelques luttes lorsque les élections scolaires auront lieu.

Pour la deuxième fois en deux mois, le gouvernement du Québec a retardé les élections scolaires dans le réseau anglophone à cause du coronavirus. Tous les mandats des commissaires et des présidents seront prolongés jusqu’au nouveau vote.

En septembre, le gouvernement insistait pour dire que les élections auraient lieu comme prévu le 1er novembre, malgré les inquiétudes des commissions scolaires. Il a ensuite retardé le vote suivant l’avis de la santé publique, avant de faire volte-face et établir la date du scrutin à cinq jours avant Noël, même en zone rouge.

Jeudi, le ministère de l’Éducation a encore une fois changé son fusil d’épaule. Les élections scolaires sont donc suspendues «pour s’assurer [qu’elles] se déroulent de façon sécuritaire dans le contexte de la COVID-19».

La nouvelle date n’a pas encore été annoncée. «Compte tenu de la nature hautement imprévisible de la pandémie, le gouvernement envisage de reporter sa tenue de plusieurs mois», indique le ministère dans un communiqué de presse.

Réactions

Les réactions à l’annonce n’ont pas tardé.

L’Association des commissions scolaires anglophones du Québec (ACSAQ) – qui représente les neuf commissions scolaires de la province – a accueilli la décision favorablement, soulignant que la tenue d’élections pendant une pandémie mondiale diminuerait probablement la participation.

«Étant donné que la pandémie s’intensifie et que les élections tombaient pendant la période de confinement volontaire demandée par le gouvernement, c’est une bonne décision», a indiqué l’ACSAQ dans un communiqué.

L’Association préférerait un scrutin en juin, si les conditions sanitaires le permettent.

La Quebec Community Groups Network (QCGN) a aussi salué la décision, disant qu’elle doutait du bien-fondé d’une élection en décembre à cause des risques associés à la crise.

«C’est une sage décision, et j’espère que le gouvernement travaillera avec les leaders de la communauté pour franchir les prochaines étapes», a dit Gregory Kelley, député de la circonscription de Jacques-Cartier et liaison pour la communauté anglophone. «On doit arranger la liste électorale et préparer le vote par correspondance pour tous, pour que notre démocratie locale soit accessible et que nos aînés se sentent à l’aise de voter.»

Candidats

Ces élections comporteront très peu de luttes entre candidats. À l’heure actuelle, 83 des 95 commissaires du Québec ont été élus par acclamation après la période de mise en candidature, du 21 au 27 septembre.

À la Commission scolaire English Montreal, la plupart des candidats ont été acclamés, y compris le nouveau président Joe Ortona ainsi que neuf des dix commissaires.

Du côté de la Commission scolaire Lester-B.-Pearson, des élections auront lieu pour les postes de commissaire à LaSalle, Dorval/Lachine et Pointe-Claire. La pédagogue Judy Kelley et l’enseignant à la retraite Chris Eustace se disputent aussi le poste de président.

Aux dernières élections scolaires, le taux de participation était de 16,8%.

Articles similaires