Montréal
06:00 14 décembre 2020 | mise à jour le: 14 décembre 2020 à 16:47 temps de lecture: 4 minutes

Prix des propriétés à Montréal: augmentation de 6 % prévue en 2021

Prix des propriétés à Montréal: augmentation de 6 % prévue en 2021
Photo: Gracieuseté: Office/Bureau/Royal LePageUne propriété de Royal LePage

Selon les résultats de l’Étude sur les prévisions du marché de Royal LePage, les prix des propriétés dans le Grand Montréal devraient augmenter de 6,0 % d’ici la fin de l’année 2021. Cette hausse est stimulée par la faiblesse de l’inventaire et la demande non satisfaisante.

Dans un communiqué, Royal LePage partage ses prévisions pour les différentes grandes villes canadiennes. En ce qui concerne Montréal, l’augmentation de 6% du prix de l’agrégat d’une propriété d’ici le quatrième trimestre de l’année prochaine se traduit à l’atteinte d’une valeur totale 514 900 $.

Durant cette même période, le prix médian d’une maison standard à deux étages devrait croître de 7,0 % pour atteindre 656 200 $. De plus, l’entreprise immobilière prévoit une croissance plus modérée de 3,75 %, portant le total à 382 600 $, pour ce qui est des copropriétés.

«La pandémie a marqué les imaginaires en ce sens qu’elle a donné la possibilité aux gens de réaliser des projets immobiliers, notamment, jusqu’ici impossibles sans le télétravail, commente Dominic St-Pierre, vice-président et directeur général de Royal LePage Québec. Acheter une propriété est devenu le projet principal de nombreux ménages et pour certains, l’une des seules façons de changer d’air durant la pandémie. Nous estimons que le ralentissement de la demande se manifestera lorsque la population sortira réellement du confinement, c’est-à-dire à mesure que l’on pourra recommencer à voyager et à pratiquer les activités régulières.»

Un marché résilient

D’après les dires de M. St-Pierre, le marché immobilier de Montréal se serait montré étonnamment résilient en 2020, et ce, malgré les bouleversements économiques et les conséquences engendrées par cette pandémie mondiale sur le mode de vie urbain.

Au cours des derniers mois, les résidences unifamiliales ainsi que certaines copropriétés sont en forte demande. De nouveaux sommets auraient même été atteints. Les propriétés inscrites au juste prix se vendent rapidement. Selon Royal LePage, cette tendance est causée par le manque d’inventaire qui s’est aggravé avec la demande additionnelle apportée par les restrictions sanitaires.

«Dans l’attente de la distribution massive à venir du vaccin, il est envisageable que plus s’étireront les mesures sanitaires, plus les impacts sur des emplois vulnérables risquent de se traduire par une augmentation des défauts de paiements hypothécaires, qui injecteraient de nouvelles propriétés à vendre sur le marché, suggère M. St-Pierre. Toutefois, la demande accumulée a été si importante dans le Grand Montréal que ces nouvelles inscriptions devraient être insuffisantes pour réellement soulager le marché, puisque cet inventaire sera absorbé presque immédiatement.»

Pendant ce temps, la crise du logement continue à Montréal.

Ailleurs au Canada

Quant aux autres grandes villes canadiennes, les prévisions fournies par Royal LePage concernant l’augmentation de prix des propriétés d’ici la fin de 2021 varient pour chacune d’entre elles.

À Halifax, le prix de l’agrégat d’une propriété devrait augmenter de 7,5 %. Dans le Grand Toronto, l’augmentation devrait être de 5,75 % et dans le Grand Vancouver, de 9,0 %. Le marché d’Ottawa devrait connaître la plus forte augmentation de l’agrégat, avec une hausse de 11,5 %.

De leur côté, les villes de Calgary et Edmonton devraient observer une légère augmentation des prix et un marché équilibré.

Dans l’ensemble du Canada, les prix des propriétés devraient augmenter de 5,5 % au cours de l’année 2021, selon l’étude menée par l’entreprise immobilière.

Articles similaires