Montréal
17:46 18 janvier 2021 | mise à jour le: 18 janvier 2021 à 18:21 temps de lecture: 2 minutes

Un premier employé de la STM meurt de la COVID-19

Un premier employé de la STM meurt de la COVID-19
Photo: marcbruxelle/123RF

Un premier employé de la Société de transport de Montréal (STM) est décédé des suites de la COVID-19, a annoncé le syndicat des chauffeurs, changeurs et opérateurs.

L’employé, qui était agent de station, est mort le 14 janvier, a confirmé la STM.

Selon l’enquête menée sous la supervision de la Santé publique, l’agent a contracté le virus à l’extérieur de son lieu de travail, précise la porte-parole de la STM, Amélie Régis.

«Sa dernière journée de travail à la STM remonte au 15 décembre 2020 et il n’a pas eu de contacts étroits et prolongés avec des collègues de travail», a indiqué Mme Régis. Par respect pour la famille, nous ne dévoilerons aucun autre détail sur cet employé.»

L’organisme public de transport a communiqué avec la famille du défunt pour offrir «toutes ses sympathies et son soutien».

Le syndicat a lui aussi offert ses plus sincères condoléances aux proches et aux collègues de l’employé. «La réalité nous frappe. Merci d’assurer la santé et la sécurité de vos consœurs et confrères de travail en respectant les règles d’hygiène en vigueur», a écrit le syndicat dans un communiqué.

Plus de 400 cas à la STM

Selon les chiffres de la STM, 449 de ses employés ont contracté le virus, dont 220 chauffeurs. Quarante ne sont toujours pas de retour au travail.

Le nombre d’infections s’était accentué pendant la période des Fêtes, alors que 45 cas avaient été répertorié entre le 21 décembre et le 1er janvier.

Afin de réduire les risques de transmission dans son réseau, la STM a mis en place plusieurs mesures depuis le début de la pandémie.

Des panneaux de protection ont été installés dans les autobus pour protéger les chauffeurs et tous les employés en contact avec la clientèle doivent porter un masque de procédures. L’organisme a augmenté la fréquence du nettoyage des bus ainsi que dans le réseau du métro.

Finalement, les usagers peuvent quant à eux vérifier le taux d’occupation des véhicules en temps réel afin de favoriser la distanciation physique.

Articles similaires