Ahuntsic-Cartierville
12:43 19 janvier 2021 | mise à jour le: 19 janvier 2021 à 15:19 temps de lecture: 4 minutes

Le roi de la porno veut clôturer son palais

Le roi de la porno veut clôturer son palais
Photo: Josie Desmarais/MétroLa bâtisse en construction de Feras Antoon près du Bois-de-Saraguay à Cartierville.

Un des propriétaires du site Pornhub veut installer une imposante clôture autour de sa résidence actuellement en construction à Cartierville, près du Bois-de-Saraguay. Il a mandaté deux lobbyistes pour plaider sa cause auprès de l’arrondissement. Or, le dossier semble suivre son cours normal depuis des semaines.

Le propriétaire de la résidence, Firas Antoon, veut ériger une barrière avec deux portails automatisés en cour avant de sa résidence située au 8207, avenue Jean-Bourdon. Ce sera un muret bas en béton recouvert de pierres naturelles surmonté d’une clôture en fer ornemental.

Le projet de 2,13m de haut nécessite une dérogation puisqu’il dépasse de 1,24m le niveau permis.

Pour son projet de clôture, M. Antoon a requis les services de deux lobbyistes, Véronique Alepin et Carl Carboneau, par le biais de son entreprise Mindgeek. Il s’agit de l’entreprise-mère de Pornhub.

«Selon la Loi sur la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme, le lobbyiste-conseil peut agir pour autrui, c’est ouvert, mais contre rémunération» explique le conseiller en communication auprès du Commissaire au lobbyisme du Québec, Daniel Labonté.

La demande de permis qu’a introduite M. Antoon en son nom personnel était en cours de traitement bien avant cette date.

«Il a reçu l’approbation du comité consultatif d’urbanisme (CCU) en novembre 2020 et le processus se poursuit conformément à la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme et à la réglementation municipale», a indiqué le service des communications de l’arrondissement.

Les élus ont voté, le 10 décembre, le projet de résolution pour autoriser la construction. Un avis pour la période de consultation publique écrite doit être publié incessamment.

La seule réserve émise concernant le projet est liée à l’abattage d’un érable à sucre, trois ormes d’Amérique et des arbres d’essences indigènes.

Il a été demandé que «tous les arbres privés abattus devront être remplacés par des essences similaires ou équivalentes».

M. Antoon est un des propriétaires de Mindgeek, détenteur du site Pornhub qui, avec ses 42 milliards de visites et 219 985 vidéos vues chaque minute en 2019, se classe comme le plus consulté au monde.

Il est sur la sellette depuis décembre, quand il a été accusé d’avoir diffusé des vidéos d’agressions sexuelles, de viols ou de revenge porn, notamment de mineures. PayPal ainsi que les compagnies MasterCard et Visa avaient décidé de ne plus traiter les transactions pour ce site.

Arbres

L’immense résidence qui appartient à M. Antoon est bâtie sur deux terrains mitoyens situés sur l’avenue Jean-Bourdon. Ils ont été acquis en juillet 2016 pour près de 2,3 millions de dollars.

Ces lotissements faisaient partie d’un boisé que les propriétaires voulaient subdiviser. L’arrondissement s’y opposait pour protéger ce bout de l’écoterritoire du Bois-de-Saraguay, un des derniers témoins de la forêt Montréalaise telle que trouvée par Samuel de Champlain en 1615.

Sur la propriété, on trouvait des arbres matures des mêmes essences qui existent dans le boisé protégé.

Pour dégager le terrain nécessaire à la construction, il a fallu abattre au moins 220 arbres, dont de nombreux frênes, tel que confirmé par l’arrondissement.

Selon le règlement d’urbanisme, les promoteurs dans ce secteur protégé sont obligés de replanter le même nombre d’arbres qu’ils ont abattus pour dégager un terrain de construction.

Le demandeur d’un permis est tenu de fournir dans son dossier une carte avec l’ensemble des arbres géolocalisés.

En 2018, le Conseil du patrimoine de Montréal avait émis un avis défavorable pour la construction de la bâtisse. Il avait demandé à ce que l’ampleur du bâtiment soit réduite pour «permettre le maintien d’un corridor végétal continu d’une largeur viable pour assurer la connectivité de l’écosystème présent au nord et au sud du site».

M. Antoon s’était engagé à replanter 160 nouveaux arbres.

Ni M. Antoon ni la lobbyiste Véronique Alepin n’ont répondu à nos questions.

Articles similaires