Montréal
16:16 24 février 2021 | mise à jour le: 24 février 2021 à 16:16 temps de lecture: 3 minutes

Des programmes pour contrer les impacts de la crise sur les femmes

Des programmes pour contrer les impacts de la crise sur les femmes
Photo: 123RF

L’organisme Y des Femmes de Montréal lance une campagne de financement de 10 M$ pour soutenir le déploiement de son Plan d’avenir 2023 qui inclura une nouvelle offre de services en réponse aux enjeux d’inégalité, de violence et d’exclusion sociale touchant les femmes et les filles montréalaises.

Les femmes, les filles et les personnes de genres divers qui vivaient déjà dans des situations de vulnérabilité ont vu leurs difficultés exacerbées en raison du confinement.

Dans ce contexte, Y des Femmes, un organisme qui existe depuis plus de 145 ans à Montréal, dévoile son Plan d’avenir qui s’échelonnera jusqu’en 2023. «Pour nous, c’est une façon de renouveler la pertinence de notre offre de services», affirme la présidente-générale, Mélanie Thivierge.

Si le «plan de match» existait avant la pandémie, la crise sanitaire est venue mieux définir les axes prioritaires, ajoute-t-elle.

En parallèle à ses activités actuelles, l’organisme déploiera ses programmes bonifiés dans un nouvel immeuble, dont la construction devrait débuter vers la fin de l’été 2021.

Employabilité des femmes

Les femmes sont les plus touchées par le ralentissement marqué du secteur des services. En effet, près de 17% d’entre elles ont perdu leur emploi depuis le début de la pandémie.

Pour Mélanie Thivierge, le recul du taux d’emploi des femmes est préoccupant. «L’indépendance économique, c’est ce qui va nous permettre de quitter un foyer violent, par exemple. Ça va nous permettre de nous payer un logement sécuritaire qui nous convient», explique-t-elle.

En réponse aux pertes d’emploi, l’organisme a décidé de bonifier son offre de service en employabilité avec son programme «Passeport vers l’emploi».

«On veut faire en sorte que les programmes d’employabilité soient alignés non seulement sur l’économie de services, mais également sur des secteurs d’avenir, des secteurs plus lucratifs», précise Mme Thivierge.

Hébergement et ressources pour les femmes

Lors de la première vague de la pandémie, il y a eu une augmentation d’environ 20% des appels de détresse liés à la violence domestique.

«Quand on demande aux gens de rester à la maison, idéalement ce serait un lieu sécuritaire pour tout le monde, mais ce n’est pas le cas pour un certain nombre de femmes», rappelle Mélanie Thivierge.

La Plan d’avenir 2023 inclut donc la création d’une résidence transitionnelle qui pourra accueillir deux fois plus de femmes. Adjacent à sa résidence, le Y des femmes construira plus d’une trentaine de logements permanents destinés aux femmes à faible ou à moyen revenus.

L’organisme mettra également sur pied un nouveau «Carrefour d’accompagnement 360 degrés». Ce dernier permettra aux usagers de rencontrer des personnes-ressources pour tous les aspects clés de leurs vies: travail, santé, sexualité, violence, relations, information juridique, etc.

La campagne de financement a presque atteint la moitié de son objectif de 10 M$. Toutes les sommes amassées iront directement dans l’offre de services destinée aux femmes et aux filles montréalaises.

Articles similaires