Montréal
15:02 7 mai 2021 | mise à jour le: 7 mai 2021 à 15:02 temps de lecture: 4 minutes

Moyens de pression des anesthésistes

Moyens de pression des anesthésistes
Photo: 123RFLes anesthésistes occupent un rôle critique dans les salles d’opération.

Des anesthésistes protestant contre une nouvelle mesure imposée par le ministère de la Santé ont commencé leur journée de travail plus tard, lundi matin, dans dix hôpitaux de la province, dont ceux de LaSalle, Verdun, St. Mary et du Lakeshore.

Ces derniers ont débuté leurs activités avec un retard de 30 minutes, soit à 8h. Pour l’instant, selon les établissements, aucune intervention chirurgicale n’a été annulée ou reportée.

«Des discussions ont lieu entre le CIUSSS et le chef de ce département», confirme le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal.

La prime qui était autrefois versée aux anesthésiologistes est au cœur du litige.

Le mode de rémunération mixte pour l’anesthésiologie s’appliquait de 8h à 15h.

Durant cette période, l’anesthésiologiste avait droit au versement d’une indemnité quotidienne de 744$, en plus de ses actes payés à 90%. Les actes réalisés avant 8h étaient rémunérés à 129%.

En 2019, l’entente entre Québec, les médecins spécialistes et les différentes associations a été renégociée pour diminuer leur rémunération.

Dans la même veine, l’Institut de la pertinence des actes médicaux (IPAM) a été créé afin d’identifier où couper pour réduire ou éliminer les actes médicaux jugés inappropriés et diminuer l’enveloppe budgétaire de la Fédération des médecins spécialistes (FMSQ).

L’IPAM a décidé que le mode de rémunération mixte s’applique maintenant de 7h à 15h.

«Je ne suis vraiment pas content de la situation avec les anesthésistes. Pour moi, c’est totalement inacceptable ce qu’ils ont décidé de faire après leur avoir demandé clairement de ne pas faire ça.» Christian Dubé, ministre de la Santé

Les actes réalisés avant 8h sont donc rémunérés à 90%, mais sont inclus dans la période couverte par l’indemnité quotidienne.

Réactions

«On est en train d’améliorer notre situation dans les hôpitaux pour reprendre des interventions chirurgicales. Ce n’est vraiment pas le temps de couper les heures dans les blocs opératoires pour justement être capable d’opérer les gens qui attendent puis qui sont sur des listes d’attente. Je ne suis pas certain que les anesthésistes ont compris la gravité de la situation», a fulminé le ministre de la Santé, Christian Dubé, en conférence de presse mardi.

Pour lui, c’est un non-sens de payer des travailleurs pour arriver à l’heure.

«C’est totalement inacceptable. Puis, on se rappellera qu’on avait été très clairs qu’il y aurait des rajustements à la rémunération des médecins spécialistes. On a eu une entente avec la FMSQ. Bien, cette entente-là doit être respectée», a renchéri le premier ministre, François Legault.

De son côté, la FMSQ condamne les actions de certains membres de l’Association des anesthésistes du Québec (AAQ).

«La FMSQ a été très claire envers l’AAQ: aucune mesure de pression ayant un impact sur les patients ne sera excusée», précise l’agente de communication, Clémentine Maes.

De son côté, l’AAQ a refusé de répondre à nos questions.

Étape incontournable de l’opération chirurgicale, l’anesthésie consiste à administrer des agents anesthésiques et analgésiques, étudiés et dosés par l’anesthésiologiste, selon la nature de l’opération et le profil du patient.

Liste des 10 hôpitaux touchés par les moyens de pression

  • Centre hospitalier de St. Mary
  • Hôpital de LaSalle
  • Hôpital général du Lakeshore
  • Hôpital de Verdun
  • Hôpital Notre-Dame
  • Hôpital de Val-d’Or
  • Hôpital de Rouyn Noranda
  • Hôpital Honoré-Mercier
  • Hôpital Pierre-Boucher
  • Hôtel-Dieu de Sorel

Articles similaires