Soutenez

L’opposition presse Plante d’embaucher 250 policiers

Abdelhaq Sari
Abdelhaq Sari Photo: Pablo A. Ortiz

Quelques jours après le 32e homicide à Montréal, le parti de l’opposition officielle, Ensemble Montréal, demande à l’administration de Valérie Plante de tenir sa promesse électorale et d’ajouter 250 nouveaux policiers aux effectifs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Lors de la prochaine séance du conseil municipal, qui se tiendra le 20 décembre, Ensemble Montréal déposera une motion allant en ce sens, tout en demandant d’ajuster le budget municipal 2022 en conséquence.

De son côté, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, dit toujours vouloir embaucher 250 policiers, mais en déduisant de ce nombre les policiers qui partent à la retraite.

Des morts «troublantes»

Les élus d’Ensemble Montréal se disent «troublés» par le décès d’un jeune homme de 20 ans survenu le 2 décembre dernier lors d’une fusillade à Anjou, qui s’ajoute à la mort de trois adolescents, soit Meriem Boundaoui, Jannai Dopwell-Bailey et Thomas Trudel, au cours de la dernière année dans différents quartiers de la métropole. 

En conférence de presse mardi matin, le porte-parole de l’opposition officielle en matière de sécurité publique, Abdelhaq Sari, est aussi revenu sur le meurtre de Meriem Boundaoui, survenu en février dernier à Saint-Léonard. «Nous parlions déjà d’un décès de trop», a-t-il déclaré.

On parle maintenant des meurtres de quatre jeunes et d’un total de 32 homicides en 2021.

Abdelhaq Sari, porte-parole de l’opposition officielle en matière de sécurité publique

Selon lui, ces meurtres montrent l’urgence d’agir pour assurer la sécurité des citoyens. Certains Montréalais sont même désormais tentés de se procurer une arme pour assurer leur quiétude, révélait un article publié dans La Presse, hier.

«Quand des parents se sentent obligés de se procurer une arme pour se défendre, c’est qu’il y a un travail qui n’est pas fait quelque part. On le sait, la lutte contre la violence armée n’est pas une mince tâche et l’administration Plante doit offrir les ressources nécessaires au SPVM pour lui permettre de bloquer le terrain aux gangs de rue», a fait valoir Abdelhaq Sari.

Prendre ses responsabilités

Bien que le dossier de la sécurité publique soit aussi partagé avec les gouvernements du Québec et du Canada, l’opposition officielle pense que la Ville de Montréal doit prendre ses responsabilités.

Ensemble Montréal estime qu’en passant d’environ 4 550 policiers à 4 800 policiers, le SPVM n’aurait plus besoin de supprimer des effectifs dans les postes de quartier ou dans d’autres fonctions pour être en mesure de participer à l’effort des différentes escouades mises en place par Québec.

Par ailleurs, le parti demande que les besoins en intervenants sociaux sur le terrain soient aussi évalués et que les effectifs des équipes ESUP et EMRII soient doublés.

Plante se défend d’avoir menti

En entrevue à l’émission Le Bilan diffusée à TVA hier soir, la mairesse Valérie Plante s’est défendue d’avoir menti lors de la campagne électorale. Elle dit bel et bien souhaiter embaucher 250 policiers.

Or, Mme Plante précise que de ce nombre, plusieurs remplaceront d’autres policiers qui partent à la retraite.

«Chaque année, à peu près entre 130 et 180 policiers partent à la retraite. Nous, quand on dit qu’il va y en avoir 250, oui, ça va couvrir les peut-être 130, faut voir le nombre de policiers qui vont partir à la retraite, plus le reste qui vont être aussi des nouveaux policiers qu’on va mettre sur différentes escouades», a-t-elle affirmé. 

Appelée à réagir à la demande de l’opposition, la mairesse Plante ne commentera pas davantage, a laissé savoir son attachée Marikym Gaudreault. Projet Montréal répondra à la motion d’Ensemble Montréal en conseil municipal, précise-t-elle.

C’est en conférence de presse le 2 novembre 2021, alors qu’elle était candidate à la mairie de Montréal, que Valérie Plante avait promis l’embauche de 250 nouvelles recrues. Une semaine plus tard, une fois élue, la mairesse de Montréal a affirmé que 80 nouveaux policiers seraient embauchés «dès les 100 premiers jours».

Le 29 novembre 2021, Mme Plante a changé de discours pour préciser que 250 policiers seraient engagés d’ici décembre 2022, mais que cela inclurait les départs à la retraite.

Selon un article publié le même jour par Radio-Canada, «le service des communications de la Ville de Montréal a confirmé à Radio-Canada que le nombre d’embauches prévues en 2022 [était] actuellement de 220 recrues, alors que le nombre de départs [à la retraite] estimé [était] de 169».

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.