Montréal

Les travailleurs enthousiastes à l’idée d’un retour au bureau hybride

Le centre-ville de Montréal.
Le centre-ville de Montréal. Photo: Josie Desmarais/Métro

Les travailleurs expriment leur enthousiasme pour un retour au bureau en présentiel, mais sous une forme hybride, d’après un sondage mené par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) auprès de ses membres.

D’après le coup de sonde, «60% des répondants sont enthousiastes à l’idée de revenir au bureau dès que la directive du télétravail obligatoire sera levée par le gouvernement». Par rapport au retour en présentiel amorcé à l’automne dernier, «44% sont aussi enthousiastes, alors que 16% sont encore plus enthousiastes à la suite de ce reconfinement».

Quant au format idéal pour un retour en présentiel, 52% des répondants optent pour une formule hybride, c’est-à-dire un retour à deux ou trois jours par semaine.

Notre coup de sonde démontre avec force que malgré la vague Omicron, les tendances de l’automne dernier sur le retour au bureau se maintiennent. Les travailleurs veulent en majorité revenir en présentiel. C’est un signal positif pour le centre-ville, qui souffre énormément de la perte d’achalandage.

Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM)

L’économie du centre-ville de Montréal est en partie liée à la présence de ses travailleurs. Le télétravail obligatoire en vigueur depuis le 14 décembre dernier y a réduit l’achalandage. Une relance de ce secteur passe par une stratégie de déconfinement et un relâchement des restrictions touchant les activités économiques en présentiel, explique le président et chef de la direction de la CCMM, Michel Leblanc.

L’arrivée du variant Omicron avait stoppé le retour des travailleurs, note la Chambre de commerce. La CCMM rapporte que cet arrêt a entraîné des conséquences.

«Notre coup de sonde indique que 61% des répondants ont noté une fragilisation de la santé mentale des employés. Viennent ensuite les problèmes liés à la gestion des plans de retour (40%) qui ont dû être reportés, ainsi que la baisse de la productivité ou du chiffre d’affaires liée au télétravail (38%).»

Pour Jean-Marc Fournier, président-directeur général de l’Institut de développement urbain (IDU), l’engouement pour un retour en présentiel est palpable. Il fait remarquer que lorsque le télétravail n’était plus obligatoire à l’automne, il y avait eu une reprise du travail de manière hybride. «Depuis le début décembre, on est retourné en arrière. On s’attend à passer de l’obligation de télétravail à une recommandation du télétravail d’ici la fin février. C’est là qu’on pourra juger l’état des lieux, mais je pense que les gens ont encore plus hâte de revenir à des rapports, à des contacts. On peut présumer que si le télétravail doit subsister, ça sera en formule mixte.»

La collecte de données de la CCMM s’est échelonnée du 27 au 31 janvier 2022 et le sondage a recueilli l’avis de 587 personnes.  

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet