Montréal

Vérificatrice générale: la Ville est bien gérée, réplique Dominique Ollivier

Photo: Josie Desmarais/Métro

La présidente du comité exécutif, Dominique Ollivier, s’est voulue rassurante face au rapport plutôt critique de la vérificatrice générale (VG), Michèle Galipeau. Celle-ci a qualifié de «pas acceptable» le suivi de ses recommandations.

«Notre administration est vraiment motivée à doubler d’efforts pour pouvoir mettre en œuvre toutes les mesures correctrices que nous sommes capables d’implanter le plus rapidement possible», a expliqué Dominique Ollivier lors d’un point de presse tenu mardi.

La VG a soulevé plusieurs points, notamment la lenteur dans l’application des recommandations faites depuis cinq ans. Son rapport montre un taux d’application des recommandations de 47,1%. Or, l’administration Plante ne donne pas le même son de cloche.

«La VG et nous ne comptons pas les mêmes choses. […] Sur les 900 et quelques recommandations qu’elle a faites sur les cinq dernières années, on en a réalisé 78%», a déclaré la présidente du comité exécutif.

Mme Ollivier s’est aussi voulue rassurante au sujet de la coordination des travaux sur la voie publique, un des sujets ciblés par la VG. Elle reconnaît cependant que l’administration doit encore travailler pour réduire la présence des cônes orange dans la métropole.

L’opposition déplore un manque de communication

La VG déplorait aussi dans son rapport l’absence d’une centralisation de la planification des chantiers. Pour l’opposition, c’est la conséquence d’un manque de communication entre la Ville-centre et ses partenaires.

Il y a un problème dans presque chaque dossier [que la VG] a touché, et c’est très inquiétant.

Aref Salem, chef de l’opposition officielle à l’hôtel de ville

«Il n’y a pas de communication. […] Il faut qu’à un moment donné l’administration admette le fait qu’il y a ce problème pour qu’on puisse passer à une seconde étape et trouver des solutions», a déclaré le chef de l’opposition officielle à l’hôtel de ville, Aref Salem.

Selon lui, les arrondissements devraient être dotés d’une plateforme pour faciliter leur communication avec la Ville-centre.

«Notre objectif, à terme, est de déployer notre plateforme AGIR, qui concentre l’ensemble de l’information et l’escouade de la mobilité. […] C’est d’arriver à faire en sorte que toutes ces actions-là se coordonnent», a déclaré Dominique Ollivier.

Le chef de l’opposition déplore aussi le manque d’indicateurs concernant la situation de l’itinérance dans la métropole.

«À chaque fois qu’on pose la question à l’administration, elle nous glisse “Québec”. Mais aujourd’hui, on a appris dans le rapport que la Ville a une responsabilité et qu’elle doit prendre cette responsabilité à cœur», a dit Aref Salem.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet