Soutenez

Variole du singe: ruée vers le vaccin, les cas augmentent toujours

Site de vaccination contre la variole simienne sur le boulevard de Maisonneuve
Site de vaccination contre la variole simienne sur le boulevard de Maisonneuve Photo: Quentin Dufranne / Métro Média

La popularité du vaccin contre la variole du singe dépasse les attentes de la santé publique, si bien qu’un centre de vaccination a été ouvert d’urgence vendredi pour répondre à la demande. Pendant ce temps, les cas de variole du singe augmentent toujours.

Entre le 30 mai et le 5 juin, 516 personnes se sont vu administrer le vaccin contre la variole simienne à Montréal. Depuis vendredi, un nouveau centre sur le boulevard de Maisonneuve Est s’est ajouté aux cliniques qui offraient déjà le vaccin, étant donné la forte demande. L’apparition du nouveau service a été diffusée dans les cliniques et les organismes offrant des services aux groupes à risque.

Vendredi dernier, Métro a pu être témoin de ce fort achalandage. Des personnes venues recevoir une dose de vaccin contre la variole du singe se sont vu refuser l’entrée près d’une heure avant la fermeture annoncée du centre. Selon nos informations, dès le lendemain, d’autres personnes n’auraient pas pu recevoir leur dose.

De son côté, la Direction régionale de santé publique (DRSP) dit ne pas avoir vu «d’achalandage exponentiel» et qu’un volume régulier de patients a été constaté.

Augmentation des cas

Le Québec dénombre 85 cas de variole simienne en date du 5 juin, soit une hausse de 14 cas depuis le 2 juin dernier.

Selon le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), tous les cas suspectés à ce jour affecteraient des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH). L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a cependant souligné que le virus ne fait «aucune discrimination». Elle a aussi mis en garde contre les conséquences «néfastes» d’une potentielle stigmatisation des populations à risque.

Assez de vaccins

La DRSP considère toujours la situation de la variole simienne comme «préoccupante». Elle affirme toutefois avoir assez de vaccins pour répondre à la demande.

Le MSSS explique avoir reçu une première commande de 1000 doses de vaccin Imvamune de la part d’Ottawa. Une deuxième commande de 4000 doses supplémentaires devrait s’y ajouter.

Une deuxième dose est recommandée 28 jours suivant la première, seulement si l’exposition est en continu. Le vaccin Imvamune engendrerait cependant une bonne réponse immunitaire dès la première dose de vaccin.

Pour le moment, la vaccination contre la variole simienne est disponible pour les personnes ayant été en contact direct au cours des 14 derniers jours avec une personne infectée. Elle est aussi disponible pour les hommes qui ont eu des contacts sexuels avec deux partenaires masculins ou plus au cours des deux dernières semaines.

Les personnes qui ont été en contact avec des objets ou de la literie potentiellement contaminés par le virus dans un lieu de socialisation ou d’événement avec sexualité sur place peuvent aussi recevoir le vaccin.

L’administration du vaccin n’est cependant toujours pas recommandée pour les moins de 18 ans. Un cas d’une personne de moins de 18 ans avait été recensé au Québec en date du 26 mai dernier.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.