Montréal

Une «Maison de la chanson» à la bibliothèque Saint-Sulpice

François Legault devant une image annonçant que la Bibliothèque Saint-Sulpice deviendra la Maison de la chanson et de la musique du Québec
Photo: Josie Desmarais/Métro

L’édifice de la bibliothèque Saint-Sulpice, en plein cœur du Quartier latin, accueillera la future «Maison de la chanson et de la musique du Québec». Le premier ministre François Legault a fait l’annonce de ce nouvel espace culturel 100% québécois jeudi, aux côtés de la mairesse Valérie Plante.

Ce nouveau projet mettra de l’avant le patrimoine musical québécois. Mais c’est aussi le patrimoine immobilier de Montréal qui sera préservé en redonnant un second souffle à la bibliothèque Saint-Sulpice. À tour de rôle, l’édifice construit en 1915 a accueilli la plus grande bibliothèque francophone d’Amérique du Nord, puis le Conservatoire de musique de Montréal.

«C’est comme si on avait vu dans l’avenir que, oui, il y a une place pour la musique dans cette bibliothèque», a expliqué le premier ministre. «La bibliothèque Saint-Sulpice, c’est magnifique […], mais ça a besoin d’être rénové et ça a besoin d’avoir une mission.»

Pour le premier ministre, la Maison de la chanson et de la musique du Québec permettra de «fêter nos créateurs, leur rendre hommage».

La musique québécoise chante notre histoire, notre territoire. La musique nous rend fiers de ce qu’on est.

François Legault, premier ministre du Québec

Le premier ministre était accompagné de la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, et de la mairesse de Montréal, Valérie Plante. Différents artistes notables étaient aussi présents, comme Gilles Vigneault et Louise Forestier.

«Il s’agit pour moi de démocratiser, de faire connaître et de rendre notre culture accessible au plus grand nombre de citoyens», a lancé la ministre Roy.

Un espace polyvalent

L’édifice est inutilisé depuis 2005. Selon le gouvernement, il deviendra un espace où les artefacts musicaux de la BAnQ seront mis en valeur. La Maison accueillera aussi des espaces de rencontre et de création artistique.

Le coût du projet s’élève à 50 M$. La facture sera partagée entre le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal. La vente à Hydro-Québec d’un terrain appartenant à la BAnQ permettra de financer une bonne partie du projet.

Les Québécois et Québécoises auront aussi leur mot à dire. Ils seront consultés pour choisir 50 pièces musicales québécoises qui leur sont chères.

L’idée d’une Maison de la chanson et de la musique vient de l’animatrice radio Monique Giroux. Émue, elle a dit penser à un tel projet depuis près de vingt ans.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet